Suite à la rencontre des deux principales organisations du bâtiment et des représentants des ministères, le collectif "REG… pas comme ça !" réagit et s'interroge sur la "sincérité" de leur démarche. Il demande également à être reçu par les pouvoirs publics.

"Le processus d'amélioration du dispositif est enclenché", nous confiait, la semaine dernière, Patrick Liébus, président de la Capeb, à la sortie de son entretien avec les représentants des ministères du Logement et de l'Ecologie, ainsi que de Matignon. Le maître-mot de cette rencontre : simplification.

 

Selon le Collectif, "la Capeb et la FFB, pourtant signataires du dispositif (pour elles-mêmes) cherchent à calmer la fronde de leurs propres adhérents. Leurs représentants ont été reçus aux ministères pour faire des propositions d'aménagement du dispositif. Le collectif doute de la sincérité de leur démarche et se demande s'il ne s'agit pas d'une simple tentative de redorer leur image et de laisser croire qu'ils ne sont pas à l'origine de ce dispositif inique", explique RGE… pas comme ça ! dans un communiqué.

 

Du coup, après avoir déposé un référé en suspension du décret relatif à l'éco-conditionnalité, le collectif a également demandé audience aux ministères, afin "d'être intégré au processus décisionnel qui aboutira à une version applicable des éco-conditionnalités". Son cheval de bataille : le coût et l'efficacité réels du RGE.
actionclactionfp