La percée de la modélisation des données du bâtiment ou du BIM se confirme aussi sur les infrastructures sportives, stades et Aréna. Toutefois, de nombreuses interrogations ont été soulevées ce jeudi par des architectes, bureaux d'études, constructeurs et maîtres d'ouvrages : quel est son impact sur l'enveloppe financière des projets ? Est-ce un instrument de communication ? Quelles sont ses promesses ?

L'Aren'Ice, devenu le Centre national de hockey-sur-glace, à Cergy-Pontoise (Val d'Oise), la future Maison du Hand de Créteil ou encore le centre aquatique de Saint-Nazaire… De nombreuses infrastructures sportives ou Aréna de dernier cri sont conçues entièrement en BIM. La modélisation des données du bâtiment ou du Building Information Modeling (BIM) en pleine révolution se fraie sans aucun doute son chemin en France dans le secteur des infrastructures sportives.

 

Un constat partagé, ce jeudi 8 décembre 2016, au cours d'une conférence organisée par la Fédération des acteurs des équipements de sports et de loisirs, (Fedairsport) en présence de Bertrand Delcambre, président du Plan transition numérique du bâtiment (PTNB) et de Christian Romon, secrétaire général de la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (MICQP).

 

"50 % des appels d'offres seront signés en BIM dans les prochaines années", Bertrand Delcambre

 

"Le marché des infrastructures sportives a affectivement sa place dans le BIM, a signalé Bertrand Delcambre, en amont de la conférence. C'est un enjeu important puisque 50 % des appels d'offres seront signés en BIM dans les prochaines années." Malgré tout, "il faudra du temps, un maître d'ouvrage ne peut pas tout imposer en BIM si les sous-traitants estiment qu'il faut se former à court terme car l'offre de formation n'est pas suffisante."

 

Toutefois, quels sont les impacts du BIM sur les nouveaux projets de stades et de complexes sportifs ? N'est-ce pas seulement un instrument de communication ? Architectes, bureaux d'études, constructeurs et maîtres d'ouvrages ont pu partager leurs points de vues.

 

Maison du Handball à Créteil (Val-de-Marne) conçue Charles Delamy architecte mandataire, Semon Rapaport et Associés, architectes associés
La Maison du Handball à Créteil (Val-de-Marne) qui sera livrée en juin 2018 par Charles Delamy architecte mandataire, Semon Rapaport et Associés, architectes associés. © Plasticine

L'exemple de la future Maison du Hand à Créteil

 

La future Maison du Hand à Créteil, prévue pour juin 2018, dont la pose de la première pierre a été lancée début novembre 2016 par le secrétaire d'Etat Thierry Braillard, fait partie des réalisations qui sont entièrement conçues en BIM. Le projet est ambitieux : 12.000 m² de surface construite, un périmètre restreint, la volonté d'avoir un bâtiment homogène et des axes de circulation fluides.

 

"Le site du parc Dominique Duvauchelle de Créteil succédera pour 99 ans à ceux de la Rue de Londres, de la Glacière, de Gabriel Péri et de l'avenue Raspail à Gentilly, a rappelé Michel Jacquet, directeur général de la Fédération française de Handball (FFHB). Nous sommes arrivés très vite au constat qu'il fallait grandir mais aussi aboutir à un accord financier et donc de faire la chasse aux finances publiques pour construire un siège et des installations nécessaires au haut niveau (hébergement, restauration, terrains, salles de musculation, etc.). Et tout cela pour un montant à hauteur de 41,5 millions d'euros TTC (Ndlr : 21 millions d'euros de subventions publiques.)"

 

Maison du Handball à Créteil (Val-de-Marne) conçue Charles Delamy architecte mandataire, Semon Rapaport et Associés, architectes associés
Maison du Handball à Créteil (Val-de-Marne) conçue Charles Delamy architecte mandataire, Semon Rapaport et Associés, architectes associés © Plasticine

"Mieux appréhender les volumes du programme", Michel Jacquet, Fédération française de Handball

 

Et pourquoi un projet entièrement BIM ? "Nous sommes les premiers à l'avoir intégré dans le cahier des charges", indique Michel Jacquet. Quatre conditions étaient nécessaires dès 2013, date de la mise en route du projet BIM : "Mieux comprendre cet outil pour le maître d'ouvrage, surtout lorsque l'on ne baigne pas dans le logiciel AutoCAD ; mieux appréhender les volumes du programme, expliquer à nos décideurs l'importance de cet outil car cela engage des investissements financiers ; et enfin faciliter la prise de décisions entre maîtres d'ouvrages, architectes et constructeurs."

 

Avant de reconnaître que "le BIM est un formidable outil de communication pour la Fédération française de handball et ses 70 collaborateurs. Nous avons pu, en effet, les informer depuis l'étude de faisabilité déposée en 2014."

 

"Ces DATA permettront à la maîtrise d'œuvre de mieux quantifier le projet tout au long du chantier", Semon Rapaport et Associés

 

Du côté de la maîtrise d'œuvre*, la phase d'études et de projet BIM a transformé son quotidien. "Il était important surtout de vérifier qu'il n'y avait pas de collusion, par exemple, sur le sujet des fluides, explique Romain Marolleau, architecte chez Semon Rapaport. Avec le BIM, on peut renseigner sur des éléments comme les fluides, les débits de ventilation. De plus, l'ensemble de ces DATA permettent à la maîtrise d'œuvre de mieux quantifier le projet tout au long du chantier."

 

"Le BIM est une révolution pour Eiffage"

 

Autre question évoquée : comment le BIM structure les échanges entre le maître d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre mais aussi le constructeur, en l'occurrence Eiffage construction Equipements : "Sur la question des allers-retours, je trouve que lorsqu'on échange entre nous, on se comprend mieux, avec une visualisation en 3 D et cela permet de mieux cerner les attentes de chacun", poursuit Romain Marolleau.

 

Pour Philippe Trillot, directeur études et projet chez Eiffage Construction, ayant connu tout au long de sa carrière la planche à dessin, le DAO (Dessin assisté par ordinateur) ou encore la CAO (Conception assistée par ordinateur), "le BIM est une révolution pour Eiffage." "C'est comme un iceberg, toute la partie sous l'eau comprend les maquettes et la gestion de projets', compare-t-t-il.

 

"Le BIM apporte une meilleure lisibilité du projet pendant la phase d'études", Christian Romon à la MICQP

 

Enfin, les promesses du BIM sont-elles tenues ? A en croire, Christian Romon, secrétaire général de la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (MICQP), "la modélisation des données du bâtiment apporte une meilleure lisibilité du projet pendant la phase d'études et permet de le visualiser très vite. La dimension communication est sans aucun doute plus efficace et enfin cela engendre une baisse des coûts de construction."

 

Et de conclure : "Des chiffres ? On n'a pas de données franco-françaises. De leur côté, les anglo-saxons, précurseurs du BIM, constatent une réduction de 10 à 15 % de leurs coûts de construction." Enfin, les professionnels du secteur de la construction le reconnaissent : "Le BIM révolutionne le monde du bâtiment mais ce n'est pas autant une baguette magique…"

 

*La maîtrise d'oeuvre du projet de la Maison du Handball à Créteil (Val-de-Marne) : Charles Delamy architecte mandataire, Semon Rapaport et Associés, architectes associés et en charge notamment de la coordination BIM et environnementale, EXE, Economiste et maitre d'œuvre BG, bureau d'étude tout corps d'état.
actionclactionfp