Le groupe de BTP a présenté des résultats jugés "satisfaisants", avec une stabilisation constatée du marché de la construction en France et un carnet de commandes solide. Il maintient donc ses prévisions pour 2016. Deux directeurs généraux délégués ont été nommés afin d'assister Martin Bouygues.

Si les résultats semestriels du groupe diversifié Bouygues sont en amélioration par rapport au premier semestre 2015, c'est principalement grâce à l'amélioration de la profitabilité de sa branche télécom. Ses activités de construction ont été, pour leur part, légèrement en retrait. Ainsi, sur les 6 premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires s'est élevé à 11,4 Mrds € (-5 %). Le communiqué financier justifie : "Il est en effet négativement impacté par un effet de périmètre de 200 M€ (dont 179 M€ chez Colas, liés à la cession ou à l'arrêt d'activités de bitume en Asie et en France) et par un effet de change de 153 M€ (dont 65 M€ liés à la dépréciation de la Livre sterling)". Malgré ces effets, la branche Construction annonce des résultats opérationnels en progrès, à 85 M€, en dépit de la "prise en compte de 40 M€ de charges non courantes principalement chez Colas du fait de la fermeture en cours de la raffinerie de Dunkerque".

 

Des perspectives encourageantes pour la fin de 2016

 

Se tournant vers l'avenir, le groupe insiste sur son carnet de commandes, qui "se maintient à un niveau élevé de 29,5 Mrds € à fin juin 2016 (-1 % sur un an)" et qui n'intégrerait pas encore le contrat de l'extension en mer de Monaco, pris en compte en juillet dernier, et dont la première tranche atteint les 842 M€. En France, le carnet de commandes atteint les 14 Mrds € (+3 %), grâce à "la stabilisation progressive du marché de la construction". Les prises de commandes sont en hausse (+29 %) et Bouygues Construction mentionne la signature de contrats d'importance pour l'extension du port de Calais, l'édification de la tour Alto à La Défense, ou la rénovation de la Poste du Louvre à Paris. Pour Bouygues Immobilier, les réservations de logements sont également en croissance (+22 %), cette fois-ci "grâce aux effets positifs de la loi Pinel, à l'élargissement du prêt à taux zéro depuis le 1er janvier 2016 et à des taux d'intérêt historiquement bas", précise le communiqué. Quant au CA de Colas dans l'Hexagone, il est toujours en repli (-2 %) mais dans une moindre mesure qu'en 2014 et 2015. A l'international, le groupe affirme "profiter de positions solides et diversifiées", avec un carnet de commandes de 15,5 Mrds €, qui représente maintenant largement plus de la moitié de l'activité future de Bouygues Construction et Colas.

 

La situation financière du groupe s'est améliorée, avec une dette en baisse de 855 M€ à 4,4 Mrds €, qui a bénéficié du produit de la cession d'Alstom, réalisée à la fin du mois de janvier pour près d'un milliard d'euros. Les perspectives pour l'année 2016 sont confirmées, grâce à l'amélioration attendue des activités de construction, "la poursuite du développement ciblé en France et à l'international" et "à l'élargissement du portefeuille d'offres avec des produits et services innovants".

 

Evolution de la gouvernance

 

Du côté de la gouvernance, Martin Bouygues a annoncé la nomination de deux nouveaux directeurs généraux délégués, Olivier Roussat, p-dg de la filiale Telecom, et Philippe Marien, actuel directeur financier. "Avec Olivier Bouygues, directeur général délégué depuis 2002, ils assisteront désormais Martin Bouygues dans sa mission de directeur général du groupe", annonce un autre communiqué. L'actuel dirigeant, fils du fondateur Francis Bouygues, est à la tête du groupe depuis 1989 et affirme préparer activement sa succession. En avril dernier, lors de l'assemblée générale, il avait fait entrer deux trentenaires au conseil d'administration : son fils, Edward, et son neveu, Cyril, afin d'apporter du "sang neuf".
actionclactionfp