CHANTIER - Limoges Habitat a lancé un vaste programme de rénovation thermique de l'habitat. Après avoir travaillé sur les enveloppes et les menuiseries, le bailleur social s'est attaqué aux systèmes de chaudières individuelles à tirage naturel. Il a opté pour une solution ne nécessitant pas de travaux trop lourds, tout en conciliant performance et qualité de l'air intérieur. Reportage.

C'est une problématique qui pourrait se poser dans des centaines de milliers de logements français dans les années qui viennent : comment remplacer le système de production de chaud grâce à un équipement performant (à condensation), sans pour autant nécessiter de trop lourds aménagements pour les conduits ? Limoges Habitat s'est lancé, voilà plusieurs années, dans un programme de rénovation thermique de ses immeubles de logements. La résidence "Docteur Jacquet" a déjà bénéficié d'interventions au niveau de l'enveloppe et des combles, isolés, et des menuiseries, remplacées par des doubles vitrages. Pour améliorer la production de chaleur, confiée à des chaudières individuelles à gaz datant de 1996, l'organisme a rencontré de nombreuses contraintes.

 

Simon Revel, le responsable Energies & Développement durable de ce bailleur social, explique : "Un passage à la condensation aurait nécessité des conduits en façade, entraînant une détérioration l'aspect visuel des bâtiments. Nous avons donc recherché une autre solution conciliant la performance, la qualité de l'air intérieur mais sans conduit important, ni carottage en façade". L'utilisation des conduits individuels maçonnés était une bonne solution, à ceci près que les fumées froides et humides des chaudières à condensation auraient entraîné un risque de corrosion accru. L'office HLM s'est donc tourné vers le système "Airflue" développé par Poujoulat, permettant en rénovation de rétablir la fonction de ventilation du conduit de cheminée, tout en continuant à assurer l'évacuation des fumées.

 

Découvrez l'installation en images dans les pages suivantes.
actionclactionfp