Le Conseil de Paris a voté, ce mardi 29 mars 2016, le réaménagement de sept places de la capitale, dont les emblématiques places de Bastille et de Nation. Le budget alloué, d'environ 40 M€ pour l'ensemble des opérations, serait toutefois faible au regard de l'ampleur du projet, selon certains détracteurs.

Une étape supplémentaire a été franchie, ce mardi 29 mars 2016, dans le dossier de réhabilitation de sept grandes places parisiennes (Italie, Nation, Bastille, Gambetta, Panthéon, Madeleine, Fêtes). Le Conseil de Paris a voté en faveur de cette opération qui doit permettre de donner plus de place aux piétons qu'aux véhicules. Christophe Najdovski, adjoint à l'espace public, résume : "Ces places s'apparentent aujourd'hui à de simples giratoires". Le projet permettra donc, selon lui, "de reconsidérer l'espace public, non comme un seul tuyau à voitures, mais aussi comme un support de la vie sociale".

 

Anne Hidalgo, maire de Paris, explique : "L'acte fondateur de ces réaménagements est que le piéton et le cycliste deviennent prioritaires sur ces sept places". L'édile parle d'une recherche de "nouveau confort" pour les usagers, avec des traversées de chaussées plus courtes, plus nombreuses et donc, plus faciles, afin que les piétons puissent "retrouver le contact direct avec le Panthéon, la Madeleine, les bronzes de la Nation ou la colonne de Juillet". Du mobilier urbain et des jeux d'eaux "légers" viendront prendre place sur les espaces reconquis, tandis qu'un "renforcement de la présence du végétal" est prévu avec l'installation de jardinières, d'arbres ou de pelouses. Il est prévu que des événements culturels ou sportifs puissent avoir lieu sur les esplanades rénovées.

 

Une intervention au rabais ?

 

Cependant, certaines voix s'élèvent contre le projet. En cause, le montant dévolu à l'ensemble des opérations que la mairie espère maintenir aux alentours de 35 à 40 M€ - soit une moyenne de 5,7 M€ par place. Un montant peu élevé en considérant que la première place rénovée à Paris, celle de la République, a nécessité 24 M€… Nicolas Bonnet Ouladj, du Front de Gauche, confie aux Echos : "Le budget n'est pas à la hauteur du projet". Anne Hidalgo répond en citant l'exemple d'autres métropoles, comme New York ou Copenhague, qui ont réussi des réaménagements similaires à moindre coût, en évitant certaines interventions sur les voiries. Une maire PS d'arrondissement souligne qu'il sera préférable de se passer de certains matériaux trop luxueux. Les élus de la droite parisienne déplorent, pour leur part, un "manque de souffle". Nathalie Kosciusko-Morizet, chef de file des Républicains, raille : "Il s'agit essentiellement d'élargir quelques trottoirs, de remplacer du mobilier urbain inadapté et d'ajouter quelques travées piétonnes". En 2014, l'Institut Montaigne évaluait le budget réellement nécessaire entre 89 et 169 M€.

 

Les travaux, prévus pour s'étaler jusqu'en 2019, débuteront dès l'automne au Panthéon (5e arrondissement) et à Place des Fêtes (19e). Rappelons qu'un appel à candidatures doit encore être lancé au mois d'avril, auprès d'équipes composées d'architectes-urbanistes, de paysagistes et de programmistes intégrant également des collectifs d'habitants. Le choix des réalisations à faire dans les espaces définis sera effectué au cours de l'été.
actionclactionfp