INTERVIEW. Il y a une semaine, un collectif d'architectes faisaient paraître dans la presse une tribune pour dénoncer la « presque Arche » qui est en train de renaître dans le quartier de La Défense. Vendredi dernier, Emmanuelle Cosse recevait Paul Andreu et Paul Chemetov. Ce dernier a bien voulu répondre aux questions de Batiactu.

Rappel des faits. Le 12 septembre dernier, un collectif de quinze architectes* rédigeait une tribune, parue dans le journal Le Monde, dans laquelle ils fustigeaient la manière dont la Grande Arche de la Défense était rénovée. L'œuvre d'Otto von Spreckelsen, édifiée voilà trente ans, sous la houlette de François Mitterrand, nécessite aujourd'hui quelques travaux de rénovation, mais qui ne sont apparemment pas uniformes. Tandis que les deux-tiers du monument ont été réhabilités dans les règles de l'art - remplacement du parement en marbre blanc, performances techniques relevées, amélioration notable de l'accueil - et selon les engagements de l'Etat, la partie Nord du bâtiment, qui relève de l'autorité d'un autre propriétaire, ne serait pas coordonnée au reste de la construction. Les architectes signataires indiquaient même que « les plaques de marbre manquantes seraient remplacées par des plaques en tôle émaillée de même ton ». Un sacrilège, selon eux, qui appelaient l'Etat et le ministère de la Culture à défendre ce patrimoine. Paul Chemetov nous fait un compte rendu de sa rencontre, vendredi 16 septembre 2016, avec la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse.

 


Batiactu : Quel a été la teneur de votre rencontre avec la ministre du Logement ? Et pourquoi elle plutôt que Audrey Azoulay, ministre de la Culture, que vous avez interpellée dans votre tribune ?
Paul Chemetov :

C'est en réalité une question interministérielle qui concerne à la fois le Logement, qui est propriétaire des lieux et futur occupant, la Culture et aussi l'Ecologie. Cette rencontre a été l'occasion pour Paul Andreu et moi-même de rappeler qu'il faut que les bâtiments construits par l'ensemble des architectes du collectif - du Centre Beaubourg au récent Musée des Arts Premiers - soient ancrés dans notre patrimoine et surtout qu'ils soient maintenus en état par l'Etat qui a mis tant d'effort pour les faire construire.

 

Batiactu : Avez-vous bon espoir pour la fin des travaux de la Grande Arche ? Un compromis pourrait-il être trouvé avec les propriétaires de la façade Nord ?
Paul Chemetov :

Oui, nous allons vers l'apaisement et la réconciliation des points de vue. C'est en tout cas l'impression que j'ai eu au sortir de la réunion. Notre pétition aura servi au final puisque chacun a pu prendre conscience du problème et notamment les autres copropriétaires. C'est comme dans une copropriété de logements, parfois on veut faire compliqué alors que c'est tout simple…

 

Batiactu : D'autres bâtiments conçus par vous-même ou vos confrères du collectif sont-ils en danger parce que mal rénové ?
Paul Chemetov :

Pas pour l'instant. Mais ce coup de semonce aura été aussi l'occasion de redire que nos bâtiments [les 15 architectes signataires ont tous participé à la réalisation des plus grands bâtiments commandés par l'Etat depuis près de 40 ans, ndlr] doivent être reconnus et labellisés 'Patrimoine du XXe et XXIe siècles' par le ministère de la Culture. Et certains bâtiments, comme le Centre Pompidou, mériteraient même d'être classés au Monument Historique.

 


* Les architectes signataires de ce texte sont : Paul Andreu, Paul Chemetov, Adrien Fainssilber, Borja Huidobro, Michel Macary, Martin Robain, Jean Nouvel, Carlos Ott, Dominique Perrault, Jean-Paul Philippon, Renzo Piano, Christian de Portzamparc, Richard Rogers, Rodo Tisnado et Bernard Tschumi.
actionclactionfp