Alors que le Gouvernement détaillera ce 13 septembre 2017 sa stratégie Logement lors du Conseil des ministres, la Fédération des promoteurs immobiliers craint ce jeudi, un "coup d'arrêt du dispositif Pinel" pour l'ensemble de la filière de la construction. Dans un contexte d'une hausse des réservations par rapports aux 12 derniers mois, la FPI reste aussi vigilante.

A six jours de la présentation de la stratégie Logement du Gouvernement, programmée lors du prochain Conseil des ministres, l'inquiétude est palpable ce jeudi 7 septembre à la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

 

"Nous n'avons aucune indication du ministère de la Cohésion des territoires pour savoir si le dispositif Pinel sera reconduit, raboté ou pas raboté du tout !", a affirmé, sa présidente, Alexandra François-Cuxac, lors de la présentation de la conjoncture au second trimestre 2017 *(Lire encadré). Malgré une "nette expansion" du secteur pendant dix mois consécutifs, la situation pourrait s'inverser, a-t-elle alerté.
En cause : les "incertitudes" qui pèsent chez les professionnels quant aux prochaines annonces du ministre de la Cohésion des territoires. "Les promoteurs constatent ces dernières semaines, une forme d'attentisme chez leurs clients, observe Alexandra François-Cuxac. Le flou sur l'avenir des mécanismes de soutien (Pinel et PTZ) et sur les contours du futur impôt sur la fortune immobilière (IFI) sape clairement la confiance des acquéreurs. L'évolution des taux d'intérêt et le contexte électoral ont également pu jouer."

 

"Si une disparition brute du Pinel était engagée, ce serait un coup d'arrêt voire un 'mini-Brexit'", Alexandra François-Cuxac

 

"Si une disparition brute du Pinel était engagée, ce serait un coup d'arrêt voire un 'mini-Brexit' pour l'ensemble de la filière de la conjoncture, s'est-elle alarmée. L'investissement locatif, est en effet, la clé de voûte de l'immobilier."

 

Avant de rappeler que "lorsque le dispositif Scellier a été raboté en 2012 de 25 % à 13 %, nous sommes passés de 72.000 ventes à 42.000 ventes !" Elle en profite pour souligner que depuis que le "Pinel a été recentré à 91% sur les zones tendues, le dispositif fonctionne bien aujourd'hui."

 

A ce jour, la seule assurance a été portée par l'annonce de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, dans Le Figaro du 6 septembre 2017 en signalant qu'"arrêter brutalement le Pinel ou le PTZ ne serait pas raisonnable".

 

35.000 logements neufs attaqués en 2017 sur les recours abusifs

 

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a également exprimé sa vive inquiétude sur la situation des recours abusifs en France. "Même si nous nous félicitons des 482.800 permis de construire et des 402.500 mises en chantier entre août 2016 et juillet 2017, nous déplorons que 35.000 logements neufs soient victimes en permanence des recours abusifs", a alerté Alexandra François-Cuxac. "C'est très important pour la promotion immobilière car cela représente un quart de notre production annuelle", nous signale l'entourage de la présidente de la fédération.

 

La FPI insiste toujours auprès du futur Gouvernement pour créer une procédure accélérée au sein de la juridiction administrative, dénommée "fast-track" ou procédure accélérée. Dans son plaidoyer de 114 pages paru en avril dernier pour affirmer haut et fort, sa vision et ses dix propositions au futur locataire de l'Elysée, la présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers, pousse le Gouvernement "à mettre en place dans les zones tendues, une procédure accélérée au sein de la juridiction administrative, permettant d'obtenir une décision dans un délai de moins de six mois sur une demande d'annulation de permis de construire."

 

*

Logement neuf: le "flou" sur l'avenir du soutien public pèse sur les ventes


Les commercialisations de logements neufs ont légèrement fléchi au deuxième trimestre 2017, comparé à la même période de l'an dernier, en raison de l'attentisme généré par les "incertitudes concernant les décisions gouvernementales à venir", a affirmé ce jeudi la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

 

D'avril à juin 2017, les réservations de logements neufs - vendus au détail, en bloc ou en résidences gérées - ont reculé de 1,1% comparé au deuxième trimestre 2016, à 40.121, ce qui met un coup d'arrêt à dix trimestres consécutifs de hausse.

 

Toutefois, sur les douze mois écoulés à fin juin, la tendance demeure très positive indique la FPI. Elle a enregistré 152.834 réservations, une hausse de 12,4% par rapport aux douze mois précédents.

Les ventes au détail en recul

La Fédération s'est dite aussi "vigilante" car les ventes au détail ont reculé de 4,2%, davantage dans l'accession à la propriété (-6,4%) que dans la vente aux investisseurs (-2,2%). "Ce ralentissement est plus fort en Ile-de-France (-8,8%) qu'en province (-2,5%)", a noté Marc Villand, nouveau président de la FPI Ile-de-France. Par ailleurs, la forte hausse des ventes en bloc de logements sociaux auprès des bailleurs sociaux (+28,3%), soit l'équivalent de 6.650, a permis de "contenir la baisse globale des ventes, en particulier en Ile-de-France."

 


actionclactionfp