SECURITE. Un rapport réalisé par trois étudiants de l'ESITC Caen fixe trois pistes qui permettraient au Bim de participer à l'amélioration de la sécurité sur les chantiers.

Le Bim permettra probablement d'améliorer la qualité des construction, de réduire les délais et de diminuer les coûts. Mais aura-t-il également un effet positif sur la prévention des risques professionnels ? Trois étudiants en dernière année d'études à l'ESITC de Caen ont dégagé trois pistes qui permettraient à la maquette numérique de jouer ce rôle, via le Plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS). Ce travail a été réalisé en collaboration avec l'Organisme professionnel de prévention du BTP et l'atelier Bim virtuel.

 

"C'était une demande de l'OPPBTP d'établir un lien entre maquette numérique et prévention des risques professionnels", explique Marie Bagieu, directrice des études de l'ESITC Caen, contactée par Batiactu. "Le PPSPS est en papier, ce qui fait qu'il est en décalage avec la maquette numérique telle qu'elle en train de se généraliser." Deux sociétés ont participé aux travaux, CMEG, entreprise générale du bâtiment, et Eiffage Basse-Normandie. La start-up de réalité virtuelle Pristi Mantis a également mis la main à la pâte. "Nous voulions démontrer que si le PPSPS est plus accessible en réunion de chantier, il sera davantage consulté", résume Marie Bagieu.


Intégrer le PPSPS à la maquette numérique

 

Les auteurs du rapport précise tout d'abord que la maquette numérique permet d'ores et déjà de faire des progrès en prévention sur les chantiers : "On peut identifier à l'avance, en travaillant sur la maquette numérique, des points bloquants et situations à risques bien en amont, notamment, par exemple, lorsque l'entreprise de gros-œuvre commencera à réfléchir et appliquer sur la maquette ses choix méthodologiques : dans ce sens, la prévention vient par l'anticipation et la préparation en amont, en identifiant les nœuds complexes et donc les bons choix méthodologiques à effectuer, pour éviter de se retrouver face à un problème sur chantier qui impliquerait de la précipitation ou de l'improvisation, facteur important de risques potentiels en terme de sécurité", observent les auteurs.

 

Les trois étudiants ont dégagé trois pistes permettant d'intégrer à la maquette numérique des éléments du PPSPS. Le premier niveau serait celui "de filtrer le PPSPS avec seulement les informations dont on aurait réellement besoin à l'instant t, et de voir ces documents directement en étant sur la maquette BIM d'un projet : par exemple, en sélectionnant un objet donné de la maquette, voir intuitivement les documents de prévention et sécurité dans lesquels il y est fait référence comme le mode opératoire ou les plans de pose spécifiques".


"Le Bim permet d'être plus performant au moment de la réalisation"

 

Le pas suivant serait d'avoir recours à des clips vidéos reprenant des principes de sécurité, intégrés à la maquette. "L'utilisation de ce niveau d'intégration de la sécurité dans le BIM peut apporter une plus-value pour les opérationnels sur le chantier. En effet, imaginons que les équipes sur le terrain disposent dans la base vie d'un écran de projection. Le conducteur de travaux pourrait alors intégrer les vidéos qu'il souhaiterait en fonction de l'avancement de son projet sur des points singuliers qui vont être traités dans la semaine. Ainsi la maquette deviendrait un support d'explication lors du quart d'heure sécurité."

 

Enfin, l'étape finale du rapport propose de se servir de la réalité virtuelle. Cela permettrait aux conducteurs de travaux notamment de se placer en situation, au plus proche de la réalité, pour pouvoir anticiper les problèmes de sécurité qui pourraient se poser.

 

"Le Bim est aujourd'hui présent à toutes les étapes de l'acte de construire", rappelle Marie Bagieu. "On en parle plus souvent pour la phase conception, mais cette méthode a aussi des conséquences sur la phase chantier. Le Bim, c'est construire avant de construire. Si on optimise les méthodes d'intervention en amont, on sera plus performant au moment de la réalisation, notamment en matière de prévention des risques."
actionclactionfp