Dany le Tohic a un objectif : démontrer que l'utilisation d'un système de chauffage est aujourd'hui obsolète, dès lors que l'on applique quelques règles de bon sens pour isoler l'enveloppe du bâti. Devenue aujourd'hui témoin, sa maison repose sur un concept de construction très basse consommation grâce à la chaleur ''passive'' du soleil et à une isolation irréprochable. Démonstration.

«Je milite pour des maisons performantes», parole de professionnel du BTP. Située à Frehel, dans les Côtes d'Armor, la maison de Dany le Tohic jouxte son entreprise, sur un terrain de 8.000 m2, et se fond dans le décor. «Je voulais une maison d'aspect classique pour montrer aux gens que passif ne veut pas dire primitif», confie l'entrepreneur qui souhaitait creuser la question du BBC (Bâtiment basse consommation) en faisant construire une maison passive de plain-pied et orientée plein sud, où il vit avec sa femme et ses deux enfants.

 

La chasse au courant d'air
Dans une maison passive, tout se joue sur l'enveloppe du bâti, l'isolation doit être optimale, tout en laissant respirer les parois. Afin de réduire les ponts thermiques, les murs de la maison (44 cm) sont constitués de deux ossatures croisées en section 145 X 145 cm. Pour suivre la structure, l'isolation en fibres de bois (35 cm) est elle aussi croisée, favorisant ainsi la claustration. Pour les combles, Dany le Tohic a choisi la ouate de cellulose (46 cm).
Les menuiseries sont un point stratégique pour l'isolation. Ici, il a fait le choix de la mixité : aluminium à l'extérieur et bois pour l'intérieur. Les châssis sont fixes, et les ouvrants à frappe, afin d'obtenir une étanchéité à l'air maximale. De même, des compribandes adhésives de 3 - 18 X 70 mm ont été posées en périphérie pour assurer l'étanchéité entre le film pare vapeur, les menuiseries et le film pare pluie. «Pour optimiser les propriétés mécaniques des menuiseries mixtes, j'ai opté pour des volets roulants électriques qui viennent se nicher dans les débords de toit ou dans les combles. «L'alimentation électrique se fait par les combles afin de ne pas percer le film pare vapeur», explique le propriétaire des lieux. Hormis les baies donnant sur la véranda, toutes les ouvertures sont en triple vitrage. Pour les maisons passives, deux tests d'étanchéité à l'air sont à réaliser : le premier a été effectué après la pose du film pare vapeur, un second est opéré une fois la maison habitée.

 

Pour la ventilation, une VMC double flux avec un échangeur de chaleur à haut rendement (l'air qui sort réchauffe l'air qui entre) assure une parfaite qualité de l'air à l'intérieur de l'habitation, quelles que soient les conditions climatiques. Pour l'eau chaude, la maison dispose d'un ballon solaire grâce à deux petits panneaux insérés discrètement dans le toit.

 

Des matériaux naturels… et français
«L'objectif de ce projet de construction a été de concevoir une maison la plus économe possible avec des matériaux naturels et plus respectueux de l'environnement», insiste Dany le Tohic. A l'intérieur, comme à l'extérieur, c'est le bois qui prédomine. Les murs des pièces à vivre et les chambres sont recouverts de lambris lasurés et naturels, alternant avec quelques parties en plaques de plâtre. Au sol, c'est le parquet qui prévaut. «J'ai essayé de me fournir au maximum avec des matériaux produits en France, la fibre de bois vient de Lyon, le bardage, en sapin prépeint beige et marron, a été réalisé à 30 km d'ici». L'ardoise naturelle, typique de la région, a été choisie pour revêtir le toit. Enfin, la véranda de 15 m2, créée de toute pièce par le propriétaire, dispose d'une charpente en bois, elle apporte un puits de lumière appréciable en été comme en hiver.

 

Démontrer par a+b
D'une superficie de 122 m2 habitables, la maison dont la construction a débuté en juin 2009 et s'est achevée en mai 2011, aura coûté 120.000 euros à Dany le Tohic qui s'est servi de son expérience dans le bâtiment pour y effectuer de nombreux travaux. Depuis son installation, aucun système de chauffage n'a été prévu. «Une maison passive ça chauffe avec une bougie !», défend Dany le Tohic. Et de préciser : «Beaucoup de gens achètent des systèmes de chauffage trop onéreux. En dessous de 0°, un petit poêle d'appoint de 4 kWh suffirait à chauffer l'ensemble, on ne trouve malheureusement pas ce genre d'équipement en France». L'entrepreneur veut prouver qu'une maison passive s'auto- régule et se suffit à elle-même, même avec des températures négatives à l'extérieur. «J'ai réussi à convaincre ma femme de passer l'hiver sans poêle, il paraît qu'à une température de 17° à l'intérieur, on est encore bien dans une maison en bois», défie l'heureux propriétaire.

 

Ce projet a reçu le Prix de la Construction de maisons individuelles dans la catégorie "Construction neuve", lors des Trophées Batiactu Construction et Innovation 2011.

 

Fiche technique

Maître d'ouvrage et Maître d'oeuvre : Dany le Tohic (22)
Bureau d'étude : B3E(22)
Entrepreneur : ETS Richeux le Tohic (22)
Coût : 120.000 € HT
Réalisation : juin 2009 à mai 2011
actionclactionfp