Alors que les dispositifs d'aides réservées aux entreprises RGE entrent en œuvre, Qualit'EnR fait un point d'étape sur la qualification des entreprises liées aux énergies renouvelables. Le nombre de professionnels formés ne cesse d'augmenter et pourrait atteindre les 10.000 rien qu'en 2014. André Joffre, le président de Qualit'EnR, livre les détails.

Le dispositif RGE fonctionne bien, avec 21.000 entreprises impliquées et 50.000 qualifications délivrées au niveau national, des chiffres en phase avec l'objectif affiché de 30.000 entreprises reconnues, tous secteurs confondus. Spécialisée dans les énergies renouvelables, Qualit'EnR compte, pour sa part, 12.000 qualifications actives délivrées à environ 8.000 sociétés, sous les signes Qualisol (panneaux solaires thermiques), QualiPV (panneaux solaires photovoltaïques), Qualibois (appareils de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire au bois) et QualiPAC (pompes à chaleur).

 

André Joffre, le président de l'association, dévoile d'autres chiffres : "60.000 installateurs ont été formés depuis 2006, dont 8.800 pour la seule année 2013, soit une hausse de +67 % par rapport à 2012. En 2014, on enregistrera une nouvelle hausse, de l'ordre de +15 % et nous pensons atteindre le cap des 10.000 stagiaires annuels". Deux filières ont représenté l'essentiel de ces formations, celle du bois (52 %) et des pompes à chaleur (35 %). "Les filières du solaire, thermique et photovoltaïque, souffrent et les professionnels sont déjà formés. De plus, il n'y a plus de crédit d'impôt pour soutenir les installations photovoltaïques", déclare-t-il, estimant qu'il est urgent qu'un cadre juridique soit mis en place autour de l'autoconsommation qui représente désormais 60 % du marché solaire.

La qualité en constante progression

Pour assurer les formations, Qualit'EnR s'appuie sur un réseau de 250 plateformes pédagogiques en France, animées par plus de 300 formateurs. Différenciant formation des installateurs et qualification des entreprises, l'association insiste sur la définition des labels : il s'agit d'une vérification des capacités de la société, en termes de moyens humains, matériels et financiers, à mener des travaux. "Mais la qualification RGE n'est pas une vérification systématique des résultats de ces travaux sur tous les chantiers, même si des audits ont lieu ponctuellement", précise André Joffre. Concernant ces audits RGE, l'association précise en avoir menés plus de 22.000 depuis 2007, dont près de 1.300 en 2013, délivrant un retour d'expérience représentatif des pratiques professionnelles. Un bilan satisfaisant puisque 73 % des prestations étudiées sont "Excellentes" et 19 % sont "Satisfaisantes". Environ 7 % sont "Insatisfaisantes" tandis qu'un peu plus de 1 % sont considérées comme "Défaillantes". "Ces contrôles ont pour vocation d'améliorer les pratiques en continu. Et la moyenne générale de qualité augmente puisque les prestations défaillantes ont été divisées par quatre en six ans, tandis que celles notées excellentes ont été multipliées par quatre", annonce le président pour qui le dispositif "tient la route" et "impacte véritablement la qualité des installations".

D'autres signes de qualité prévus pour 2015

L'association assure traiter rapidement les demandes, avec un premier examen d'un dossier dans les cinq jours ouvrés, tandis qu'une qualification sur deux est délivrée en moins d'un mois, taux qui grimpe à 70 % en deux mois. "Le taux de refus est de l'ordre de 20 %, dont seulement 1,8 % est lié à la question de la sous-traitance", énonce l'association qui s'est opposée au SER sur la question. La tendance des qualifications suit celle du marché français avec un essor de Qualibois (+42 %) et de QualiPAC (+50 %), au détriment de Qualisol et QualiPV (-17 %). L'association, qui est en phase de lancement pour Qualiforage (géothermie verticale sur sonde ou nappe), annonce d'autres projets. Elle réfléchit à un signe de qualité pour les installateurs de chauffe-eau thermodynamiques. La formation, de deux jours, pourrait être lancée au premier semestre de 2015 sous le nom "QualiCET" ou dépendre de QualiPAC sous l'étiquette "Chauffage/ECS". Entre 4.000 et 5.000 entreprises pourraient être concernées en France. Qualit'EnR prévoit l'extension de Qualisol aux installations collectives, également au début de 2015, et l'instauration d'une formation complémentaire à QualiPV, dédiée à l'autoconsommation. L'association précise travailler à la dématérialisation des échanges "afin de simplifier et améliorer les procédures de qualification", notamment par la mise en place de formulaires électroniques. De quoi convaincre d'autres professionnels à se lancer ?
actionclactionfp