Le projet "Cheminade 2017" mise sur un plan d'ensemble de modernisation des infrastructures de transport à l'âge du numérique. Le gouvernement comprendra notamment un ministère de l'Aménagement du territoire et du transport, qu'il s'agisse de transport maritime, fluvial, ferroviaire, aérien ou routier. Dans chacun de ces domaines, le programme comporte des propositions précises : pour les infrastructures portuaires, il propose la prise en charge par l'Etat de 100 % des coûts de dragage (qui sont de 50 à 70 % aujourd'hui) et des investissements lourds. Un plan d'urgence est même prévu pour le port du Havre, tandis qu'un système informatique de communication commun (Cargo community system) sera déployé pour tous les ports français. Pour le fluvial, le grand projet portera sur la création d'un axe Rhône-Saône pour en faire une voie de communication efficiente, qui ferait de Lyon un "Duisbourg à la française", grand port intérieur de marchandise, en reliant tous les canaux de grand gabarit (Rhin, Moselle, Marne, Seine).

 

Sur le fret ferroviaire, Jacques Cheminade annonce que la dette de la SCNF sera requalifiée en dette d'Etat afin de permettre une reprise des investissements. De façon plus surprenante, il prévoit également d'étudier la construction de lignes d'aérotrains pour voyageurs notamment sur le tronçon Paris-Rouen-Le Havre (ville qui récolte toute l'attention du candidat) "afin de libérer le réseau ferroviaire classique pour le fret". On ignore s'il fait référence à une infrastructure nouvelle type Hyperloop ou s'il s'agit bien du monorail à réaction développé en 1967… Jacques Cheminade souhaite "réduire au maximum les vols continentaux de moins de 1.500 km" pour favoriser les transports terrestres. Sur l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, le candidat se déclare opposé à sa construction.

 

Quant aux routes et autoroutes, le programme précise que les concessions routières seront résiliées pour être renationalisées. Le coût estimé de cette mesure (entre 15 et 20 Mrds €) sera amorti en moins de 10 ans de fonctionnement des péages au tarif actuel - qui sera gelé - "et sous condition d'un aménagement de leur dette". De même, il prévoit le rétablissement des dotations aux collectivités territoriales pour qu'elles puissent maintenir les routes départementales. Le projet présidentiel prévoit l'extension du ferroutage pour éviter l'encombrement des axes par les camions ainsi qu'une aide aux particuliers pour s'équiper en véhicules hydrogène. Sur les grands projets d'infrastructures, le candidat déclare : "C'est ici que de grands chantiers, de grands projets et l'impératif extraterrestre d'une exploration spatiale seront le levier pour sortir de la fixation sur les objets, du repli sur soi et de la recherche du bonheur dans un pré carré".
actioncl