La confirmation de la création de la foncière publique, par le chef de l'Etat le 15 septembre dernier, a reçu un accueil plutôt favorable de la part des professionnels de l'immobilier et de la construction. Réactions des intéressés.

Le 15 septembre 2016, François Hollandais officialisait la création d'une foncière publique en faveur du logement, détenue à parts égales par l'Etat et la Caisse des Dépôts. Dès le lendemain de cette annonce, la Fédération française du Bâtiment (FFB) se félicitait de cette création qui "aura pour vocation d'accélérer et de simplifier la mobilisation du foncier public appartenant à l'Etat, aux établissements publics et aux collectivités locales mais aussi privés". Son président, Jacques Chanut, se réjouissant même que "cet outil nouveau complète utilement la gamme des produits existants, là où la demande ressort la plus forte."

 

Même accueil du côté de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), qui se "réjouit" de cette annonce. Sa présidente, Alexandra François-Cuxac, précise par ailleurs que cette "mobilisation du foncier public et privé est intéressante et innovante à partir du moment où elle profite à l'ensemble des acteurs de la chaîne de la construction de logements, sert l'intérêt général et fluidifie le marché en s'imposant des délais courts". Dans un communiqué, publié lundi 19 septembre, elle indique toutefois que la FPI restera "vigilante sur la transparence indispensable aux appels d'offres publics qui seront lancés" et veillera à ce "que l'équité entre les acteurs soit préservée".

 

Accompagner la reprise de l'activité dans le secteur de la construction

 

La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises (Capeb) a également exprimé sa "satisfaction" et salue "des propositions cohérentes et opérationnelles" qui devraient "dynamiser la construction de logements". Patrick Liébus, le président de l'organisation professionnelle, juge que cela "va dans le bon sens" et que cela devrait "accompagner concrètement le début de reprise de l'activité dans le secteur de la construction qui reste encore extrêmement fragile". Il invite par ailleurs le "gouvernement à viser plus haut, pour muscler encore la production de logements."

 

Pour rappel, cet organisme, doté d'un capital de 750 millions d'euros financé à parts égales par l'Etat et le groupe Caisse des dépôts (CDC), devrait être opérationnel dès janvier 2017. La Foncière Solidaire sera une société anonyme mandatée par l'Etat, avec pour objectif, des services d'intérêt général (SIEG). Sa vocation est de mobiliser du foncier public appartenant à l'Etat, aux établissements publics et aux collectivités locales, mais aussi privés, pour y construire des logements sociaux, à hauteur d'au moins 50% de son activité globale.
actionclactionfp