Il y a six mois, les entreprises d'isolants en polyuréthane devaient faire face à une pénurie de MDI, cette matière première indispensable à la fabrication de cette mousse. Depuis qu'en est-il ? La situation est-elle revenue à la normale ? Réponse avec Hervé Fellmann, Président du syndicat National des Polyuréthanes (SNPU).

En avril dernier, le monde des polyuréthanes était en émoi. En cause : un accident dans une usine de production de MDI l'obligeant à fermer et pénalisant de nombreux fabricants de mousse polyuréthane. Pour rappel, le MDI est l'une des matières premières indispensable à sa fabrication. Le Syndicat national des Polyuréthane avait alors lancé un cri d'alarme (lire notre article) craignant que les prix n'augmentent trop et que les producteurs ne puissent pas honorer leurs commandes.

 

Six mois après le début de cette crise, la situation s'est-elle améliorée ? "Elle reste fragile compte tenu des tensions mondiales qui existent toujours", nous a confié ce 18 octobre 2017 Hervé Fellmann, Président du SNPU. Il reste néanmoins prudent : "Nous ne sommes pas à l'abri d'un nouvel accident industriel".

 

Anticiper les commandes pour éviter les retards

 

Cependant, la situation a beaucoup évolué depuis. "Pour l'ensemble des entreprises, les livraisons de matière première ont repris à un rythme normal depuis début septembre", indique Hervé Fellmann ajoutant également que "la production des panneaux isolants est revenue elle aussi à son rythme habituel".

 

Mais au vu de la demande en hausse et du retard de production à rattraper "les délais de livraison chez nos clients peuvent être encore longs entre 3 et 8 semaines", prévient le Président du SNPU qui rappelle tout de même que "le retard du début d'année ne se résorbe pas en un claquement de doigt". Selon lui, "ceux qui ont anticipé leurs commandes sont livrés à temps, en revanche ceux qui ne l'ont pas fait vont devoir faire face à quelques retards". Cette pénurie est donc bientôt terminée ? "On ne parle plus de pénurie mais de délais de livraison longs qui devraient, comme nous l'avions déjà annoncé, se résorber début 2018", répond Hervé Fellmann qui "invite donc les clients à une grande prudence pour anticiper leurs commandes".
actionclactionfp