ENTREPRISES DE PROXIMITE. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a profité des Rencontres de l'U2P pour faire un tour d'horizon de la politique du Gouvernement en faveur des artisans et indépendants. Si ces derniers ne tombent pas d'accord sur tous les sujets avec les pouvoirs publics, ils saluent la méthode de concertation privilégiée par le Gouvernement.

"Bienvenue chez nous. Il y a beaucoup à faire !" C'est ainsi qu'Alain Griset, président de l'Union des entreprises de proximité (U2P), a accueilli le Premier ministre Edouard Philippe, le 26 octobre 2017 au palais Brongniart, à Paris. Le syndicat professionnel des artisans, indépendants et professions libérales y tenait ses Rencontres annuelles. Le chef du Gouvernement, qui a bénéficié d'une standing ovation à l'issue de son intervention, a profité de l'occasion pour défendre les actions du pouvoir en place depuis cinq mois, et préparer le terrain en vue des futures réformes de l'apprentissage, de l'assurance-chômage et de la formation professionnelle. Un chantier qui est, pour Edouard Philippe, encore plus important que celui des ordonnances de la loi travail.

 

Le coup d'envoi de ce nouveau chantier a donc été donné, et le Gouvernement procèdera de la même manière que pour la loi travail, à savoir par des rencontres bilatérales avec chacune des parties prenantes, en amont de la présentation du projet de loi. "Nous espérons que cette methode, qui a fait preuve de son efficacité, inspirera les prochaines réformes", a d'ailleurs affirmé Alain Griset dans son discours. "il est préférable pour nous d'avoir des entrevues bilatérales, plutôt qu'une grande réunion où nous n'avons pas le temps d'aller au fond des sujets."

 

Un projet de loi aprentissage au printemps 2018

 

Pour ce qui est de l'apprentissage, le Gouvernement a signalé que des groupes de travail se formeraient début novembre, avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Ces travaux dureront jusqu'à fin janvier 2018. Parallèlement, une concertation sera menée au sujet de la réforme de l'assurance-chômage. Le tout devrait donner lieu à la rédaction d'un projet de loi pour le printemps 2018, qui pourrait être adopté par le Parlement avant la fin de l'été prochain.

 

"Le débat vient de commencer", a commenté Edouard Philippe devant les responsables de l'U2P. "Je l'aborde avec beaucoup d'optimisme. Cela ne veut pas dire que tout le monde est d'accord sur tout. Mais tout le monde est convaincu de l'intérêt du sujet. Le statu quo n'est pas vivable." Le premier ministre a notamment évoqué la piste, pour l'apprentissage, de créer des parcours continus en alternance depuis les formations professionnelles jusqu'au formations supérieures. "Nos efforts doivent contribuer à un véritable changement de regard sur les métiers manuels", a assuré le Premier ministre. "Nous devons faire en sorte que chacun, collégien, lycéen, parent, enseignant, conseillers d'orientation, etc., puisse identifier une orientation en filière professionnelle comme un choix positif, et non, comme trop souvent aujourd'hui, une solution par défaut." Il sera aussi question de faciliter l'accès à la formation professionnelle pour les salariés des TPE.

 

Ouvrir l'assurance chômage aux travailleurs indépendants

 

Alain Griset a également posé quelques pierres, en attendant l'ouverture des discussions, notamment au sujet de l'extension de l'assurance chômage aux travailleurs indépendants. "Nous n'avons pas demandé cette réforme", a-t-il rappelé. "Elle n'est envisageable que si nous n'augmentons pas les cotisations des indépendants et si les conditions d'ouverture des droits sont basées sur des critères rigoureux." L'U2P avertit ainsi le Gouvernement des risques d'effets d'aubaine que ce dispositif pourrait entraîner.

 

Le Premier ministre a par ailleurs déclenché des applaudissements lorsqu'il a affirmé, à propos des ordonnances sur le travail, que c'était "la première fois dans notre histoire sociale qu'une réforme du code du travail [donnait] la priorité aux TPE-PME". Avant de rappeler les principales réformes contenues dans ces textes et qui concernent plus spécifiquement les TPE : ouverture du référendum pour les entreprises de moins de vingt salariés où il n'y a pas d'élus du personnel (le décret devrait paraître dans les prochains jours), davantage de clémence pour les erreurs de simple forme dans les procédures de licenciement et simplification du compte pénibilité.

 

En conclusion, Edouard Philippe a demandé à l'U2P de l'inviter régulièrement, dans les mois et les années à venir, pour faire des points d'étapes sur l'avancement des travaux, dans un esprit partenarial. "Vous aimez votre entreprise. Vous aimez votre pays. Vous voulez qu'il rebondisse, qu'il soit fort, solidaire, riche. Moi aussi !"

 

Un plan pour la numérisation des TPE/PME

 

Lors de son intervention à l'U2P, le Premier ministre a annoncé le lancement d'un plan pour la numérisation des TPE-PME, notamment en matière de maquette numérique dans le bâtiment. Une mission de deux mois confiée à l'ancien président de l'ordre des experts-comptables Philippe Arraou, visant à accompagner et financer la transformation digitale des TPE/PME, sous l'égide de Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au Numérique.
actionclactionfp