En matière d'absentéisme, le meilleur élève de la classe s'avère être, une nouvelle fois, le secteur du BTP, avec un taux moyen de 3.90%, contre 4.55% dans le secteur privé en France en 2015. Pourquoi ce bon résultat ? Quels sont les facteurs de motivation ? Réponses avec Yannick Jarlaud du cabinet Ayming (ex- Alma Consulting).

Le dernier baromètre de l'absentéisme* réalisé par Ayming (ex- Alma Consulting) en partenariat avec AG2R La Mondiale, révèle que le taux d'absentéisme dans le secteur privé en France en 2015 atteint 4.55%. Soit un taux légèrement supérieur à celui de 2014, assorti d'un nombre de 16.6 jours calendaires d'absence en moyenne par salarié et d'un coût global de 60 Md€.

 

Pour rappel, le taux d'absentéisme est le fruit de la division du nombre de jours calendaires d'absence sur l'année / nombre de jours théoriques de présence calendaire x 100. Si tous les secteurs d'activités sont touchés, c'est celui des services qui arrive en tête (5.65%) suivi des transports (5.40%). En bas du classement, de nouveau cette année, le BTP affiche un taux de 3.90%. Pourquoi ce bon résultat ?

 

Des valeurs propres au BTP

 

« En effet, le BTP enregistre le plus faible taux depuis la création de notre baromètre, soit depuis 2007 », nous explique Yannick Jarlaud, directeur au sein du cabinet de consulting. Selon lui, quatre facteurs participent de ce bon résultat. D'abord, les démarches RH prodiguées dans les entreprises et les politiques mises en place en matière de prévention des risques. « Beaucoup de travail et d'effort ont été faits dans ces domaines », renchérit-il.

 

Ensuite, il estime que le BTP a conservé « l'esprit compagnonnage » qui accentue la solidarité entre les ouvriers. Une donnée qui va de pair avec la culture BTP où les hommes sont engagés dans ce qu'ils font. Enfin, vient la notion de « sens » donné à ce que l'on fait, et dans la construction, elle est primordiale, assure Yannick Jarlaud. « Contrairement à l'ouvrier qui travaille dans l'industrie, le compagnon du BTP a une idée concrète et immédiate de ce qu'il fait, il peut facilement trouver un sens à ce qu'il fait, ce qui est une motivation pour travailler ». La reconnaissance et les relations humaines qui sont inhérentes au BTP sont aussi des facteurs en faveur de la présence au travail.

 

Un bouclier naturel

 

L'analyste a également pu observer, dans l'accompagnement de ses clients, que l'évolution des outils et des conditions de travail étaient des données essentielles et qu'elles permettent d'attirer les salariés dans les entreprises. Ce qui n'occulte pas le fait que la première cause d'absentéisme dans le BTP reste les conditions de travail, et notamment la pénibilité des tâches. « Mais le corps de métier du BTP a des facteurs de protection que j'ai citées ci-dessus, qui expliquent que l'absentéisme est faible », conclut-il.

 


* L'étude quantitative du Baromètre a été réalisée en partenariat avec AG2R La Mondiale, sur une base élargie de 26.230 entreprises employant plus de 960.000 salariés. Le cru 2015 intègre les PME et TPE, contrairement aux éditions précédentes de ce baromètre.
actionclactionfp