PHOTOVOLTAIQUE. Les supermarchés et hypermarchés devraient-ils se couvrir de panneaux solaires ? La réponse est oui, à la fois pour les entreprises du photovoltaïque mais également pour les exploitants de ces grandes surfaces. Exemple avec l'Intermarché de Trémuson (Côtes-d'Armor) qui consomme sa propre électricité depuis le 15 mars 2018.

L'autoconsommation ne concerne pas que les particuliers en maison individuelle, loin de là. Elle suscite également l'intérêt des professionnels notamment dans le secteur de la grande distribution. Car ces utilisateurs de courant présentent un profil particulièrement adapté à ce mode de production-consommation.

 

Les magasins disposent en effet de surfaces de toitures conséquentes, souvent planes et inutilisées, propices à l'installation de centrales photovoltaïques. Ensuite, leur consommation électrique est régulière, tout au long de la journée, et elle est soutenue afin de répondre aux besoins des groupes de froid qui tournent en continu. D'où l'intérêt de profiter des heures du jour où les systèmes solaires produisent le plus. En 2016 et 2017, des ombrières de parking de grandes surfaces E. Leclerc avaient été couvertes de capteurs. Pour une grande surface de la région bordelaise, pas moins de 500 kWc avaient été déployés afin de produire 580 MWh d'électricité annuellement. Dernièrement, c'est l'Intermarché de Trémuson (Côtes-d'Armor) qui a opté pour l'autoconsommation. Le supermarché a donc sollicité EDF ENR pour déployer 384 panneaux solaires Photowatt d'une puissance totale de presque 100 kWc, sur le toit du parking couvert de 64 places.

 

Produire exactement ce qui sera consommé, ni plus ni moins

 

La filiale spécialisée dans les renouvelables a accompagné l'Intermarché breton dans sa démarche pour ce qui concernait la compatibilité technique du système avec la structure existante, afin de respecter toutes les normes de construction relatives aux ERP. Et EDF ENR a également analysé en détail le profil de consommation et les besoins énergétiques du site afin de dimensionner l'installation au plus juste et parvenir à un taux d'autoconsommation quasi-idéal de 98 %. D'après ses calculs, la centrale de toiture produira plus de 90 MWh/an, presque entièrement consommés par le supermarché. Cette production couvrira 12 % de besoins en énergie de l'Intermarché. Le déploiement d'un système plus grand n'aurait pas entraîné de meilleurs résultats, puisque toute production électrique supplémentaire aurait été excédentaire en journée. Seule l'adoption d'une solution de stockage afin de consommer du courant après le coucher du soleil l'aurait justifié. De son côté, SolarWorld, qui a équipé l'hypermarché E. Leclerc, annonce : "99 % de l'électricité solaire seront consommés par l'hypermarché, ce qui lui permettra de bénéficier d'une réduction à deux chiffres de sa consommation énergétique et de baisser le montant de sa facture d'électricité".

 

Mickaël Goger, qui dirige l'Intermarché de Trémuson, est du même avis : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale qui privilégie la proximité et l'humain : proximité des emplois, des entreprises partenaires et des fournisseurs pour favoriser l'économie régionale et la qualité de nos produits. Consommer sa propre électricité répond donc parfaitement à cette ambition. De plus, le choix d'une installation photovoltaïque en autoconsommation complète naturellement nos actions écologiques déjà entreprises : (…) production de chauffage par un système de récupération de chaleur et mise à disposition d'une borne de charge pour véhicules électriques". EDF ENR signale qu'elle a procédé à plus de 3.000 installations photovoltaïques en toitures chez des professionnels et collectivités. Outre l'autoconsommation, d'autres solutions existent pour concrétiser la transition énergétique dans la grande distribution. A l'image du Carrefour Market de Bonneval (Eure-et-Loir) qui s'éclaire à la lumière naturelle grâce à des capteurs solaires à fibre optique qui redirigent la luminosité vers l'intérieur du bâtiment.

actionclactionfp