Un an après le lancement de son offre spéciale autoconsommation à destination des particuliers ayant installé des panneaux photovoltaïques sur le toit de leur maison, EDF ENR dévoile qu'elle a d'ores et déjà séduit 1.700 familles. De très bons résultats qui laissent penser qu'une nouvelle dynamique est lancée dans le secteur...

Produire sa propre énergie grâce à des panneaux photovoltaïques installés sur le toit de sa maison, l'utiliser afin de couvrir ses propres besoins quotidiens et revendre le surplus, l'idée séduit de plus en plus de particuliers en France. Pour preuve, le succès de l'offre d'autoconsommation d'EDF "Mon soleil & Moi", lancée sur le marché spécialement à destination des particuliers il y a tout juste un an. "A ce jour, nous avons installé 1.700 kits photovoltaïques", dévoile Benjamin Declas, directeur général d'EDF ENR. "Nous détenons ainsi 12 % de parts de marché de l'autoconsommation en habitat individuel et les volumes des vente sont en augmentation continue", ajoute-t-il. Une source de satisfaction pour le groupe EDF qui n'hésite pas, d'ailleurs, par la voix d'Antoine Cahuzac, son directeur exécutif, à parler de véritable "révolution" dans le secteur.

 

Le fournisseur d'énergie souligne également le fait que les particuliers ont pris conscience de tous les intérêts que présentait ce type d'installation et pas seulement de l'intérêt financier. "Il y a cinq ans, ce qui les intéressait en premier était le rendement", analyse Nicolas Couderc, directeur France et Energies réparties de EDF Energies nouvelles. "Désormais, leurs motivations sont très différentes. Ils pensent avant tout à réduire leur consommation énergétique et également à participer à l'effort collectif en faveur de la préservation de la planète". Une telle solution permet en effet de couvrir près de 60% de ses consommations électriques voire même 80% en utilisant des appareils de pilotage.

Un coup de pouce financier pour les installations de faible puissance

Il n'en reste pas moins que depuis quelques mois, l'intérêt financier est bien réel. Un arrêté publié le 9 mai 2017, instaure en effet une prime à l'investissement - versée sur 5 ans aux producteurs - et fixe un tarif préférentiel pour l'achat du surplus pour les générateurs en autoconsommation dont la puissance est inférieure à 100 kWc. Grâce à ces deux dispositifs, s'équiper revient moins cher et l'opération de revente est rentable pour les particuliers. A titre d'exemple, EDF ENR indique ainsi que des ménages ayant fait installer "un générateur de 3 kWc, soit 20 m2 de capteurs solaires", perçoivent une prime globale de 1.200 € (240 €/an sur 5 ans) et revendent leur surplus 10 cts d'€/kWh. "Nous n'avons pas attendu ce nouveau cadre réglementaire pour prendre le virage stratégique de l'autoconsommation mais force est de constater qu'il va nous aider à conforter la bonne dynamique déjà observée sur l'année écoulée et sur les premiers mois de l'année", indique Benjamin Declas. Objectif pour le groupe : atteindre 3.000 nouvelles installations d'ici juin 2018.

L'autoconsommation en logement collectif en phase expérimentale

Si le marché de la maison individuelle, notamment le secteur du neuf, représente un énorme potentiel pour EDF, celui du logement collectif aussi. Quelques mois après la promulgation de la loi du 26 février 2017 autorisant l'autoconsommation dans les immeubles, EDF prépare ainsi le lancement d'une offre dédiée. Baptisée "Notre Soleil & Nous", elle permettra aux habitants d'un immeuble ou d'un écoquartier de se regrouper puis de se répartir l'énergie produite sur un même toit. "C'est un véritable défi technique, notamment par rapport au comptage, mais aussi juridique car il est difficile de réunir ensemble plusieurs personnes", souligne Benjamin Declas. Étant donnée sa complexité, le dispositif est actuellement en phase de test. Une vingtaine d'expérimentations est en cours sur tout le territoire. La commercialisation est prévue entre fin 2018 et début 2019.
actionclactionfp