ENERGIE. Pour optimiser son installation photovoltaïque un particulier s'est équipé de dispositifs de contrôle et de gestion. Un choix pertinent qui lui permet d'auto-consommer une grande partie de sa production d'électricité. Demain, sa maison pourrait même devenir auto-suffisante...

S'équiper d'un système photovoltaïque, c'est bien mais s'il peut être complété par des appareils de contrôle et de gestion, c'est encore mieux. L'exemple de Claudio, en Italie, illustre bien la pertinence de leur installation. Propriétaire d'une maison située à Bergame, à environ 50 km au nord-est de Milan, il décide en 2014 de l'équiper de panneaux photovoltaïques d'une puissance totale de 4 kWc. Seulement voilà, ce particulier se rend vite compte qu'il n'en exploite pas tout le potentiel : l'énergie produite n'est pas forcément consommée et certains besoins ne sont pas couverts. Résultat : la maison reste encore trop dépendante du réseau...

 

Quatre dispositifs pour mieux optimiser l'installation

Pour remédier au problème, autrement dit pour rentabiliser son installation, Claudio décide s'appuyer sur deux outils numériques : une plate-forme web (4-noks Elios4you du groupe Astrel) qui livre des données détaillées et l'historique complet de l'installation photovoltaïque et une appli "Elios4you", qui fournit une analyse détaillée des consommations énergétiques et permet de piloter à distance les appareils (deux exemples d'outils parmi d'autres). Il peut ainsi mieux appréhender ce qu'il se passe à l'intérieur de sa propre maison sur le plan énergétique et, donc, de mieux faire correspondre la production avec les besoins. Il ajoute également des prises de courant intelligentes et programmables qui permettent de faire fonctionner à distance les appareils électroménagers et un partialisateur de puissance qui favorise l'auto-consommation pour la production d'eau chaude sanitaire. "Disposer d'un système qui produit de l'énergie propre n'est que le début pour un style de vie durable. Sans aucune connaissance du système ni de ses propres habitudes de consommation, nous ne sommes pas en mesure de changer radicalement notre façon d'utiliser l'énergie. En même temps, utiliser des paramètres manuels est complexe et ne donne aucune garantie de réussite. Pour cela, les systèmes de contrôle et d'autoconsommation nous aident, en tant qu'instrument d'information et d'analyse : il s'agit d'une aide précieuse afin de comprendre quand et comment il faut agir pour utiliser toute l'énergie propre dont on dispose, réduisant ainsi l'incidence sur l'environnement", explique l'un des responsables du groupe Astrel.

 

Avant : problèmes de concordance entre la production et la consommation

Grâce aux données collectées, Claudio a ainsi découvert que la nuit, ses appareils électroménagers en mode veille et l'illumination extérieure de sa maison consommaient 1.150 kWh/an. Des besoins impossible à couvrir avec ses panneaux pour la simple et bonne raison qu'à ce moment-là, ils ne produisent pas d'électricité. Il a donc changé certaines de ses habitudes de vie.

 

A l'inverse, étant très souvent absent en journée, il n'arrivait pas alimenter ses appareils électroménagers (lave-linge, sèche-linge) pendant les heures les plus productives du système photovoltaïque. Une situation « corrigée » grâce aux prises sans fil (Smart Plug RC) programmables à distance. Intelligentes, elles ne déclenchent les appareils que si la quantité d'énergie produite par le système photovoltaïque est suffisante. Elles fonctionnent en totale autonomie, sans aucune intervention de la part de Claudio. "Après avoir défini les paramètres initiaux du système photovoltaïque et des dispositifs associés, le système est capable de se régler de façon autonome", nous assure-t-on.

 

Parallèlement, Claudio s'est aperçu qu'il lui restait encore une grande quantité d'électricité photovoltaïque encore disponible. Autrefois inutilisée, elle est désormais exploitée grâce au partialisateur de puissance (Power Reducer). Connecté au chauffe-eau (150 litres), l'appareil permet de réchauffer l'eau en utilisant seulement l'énergie venant du photovoltaïque. A la clé : une plus grande part d'énergie auto-consommée et des économies d'énergie donc des gains financiers. De quoi permettre de rentabiliser le coût des systèmes de contrôle et de gestion. Comptez environ un millier d'euros pour un système de contrôle et autoconsommation complété de prises et d'un partialisateur de puissance. "Il s'agit d'un coût moyen, qui peut varier selon les besoins de l'utilisateur et la typologie des dispositifs choisis", avertit le groupe Astrel. La somme vient s'ajouter à celle des panneaux, comptez entre 8.000 € à 12.000 € (pose comprise) pour une installation de 3 kWc. Un surcoût à prévoir lorsque l'on envisage de passer au photovoltaïque.

 

Après : augmentation l'énergie auto-consommée et diminution des prélèvements d'énergie au réseau

Après un an d'exploitation, le bilan est très positif puisque grâce au photovoltaïque, Claudio arrive désormais à couvrir presque 60% des besoins annuels de sa propre famille avec l'énergie solaire. En utilisant les produits de gestion et de contrôle, il a donc réussi à augmenter la quantité d'électricité auto-consommée et à diminuer le prélèvement de l'énergie du réseau.

 

Et demain, une solution de stockage pour aller sur la voie de l'auto-suffisance...

Pour aller encore plus loin sur la voie de l'indépendance énergétique, Claudio pourrait équiper son installation d'une solution de stockage (une batterie, par exemple). Grâce à elle, il serait capable de couvrir les besoins de la maison à n'importe quelle heure de la journée donc de ne pas plus être obligé d'acheter de l'électricité. "Claudio a choisi un mode de vie green finalisé à réduire le plus possible l'impact environnemental de sa maison. Son but est d'atteindre une indépendance énergétique quasi-totale pour les consommations de sa famille, en utilisant le système photovoltaïque", confirme le groupe Astrel.
actionclactionfp