D'après Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, le marché du bâtiment en France devrait continuer de croître dans les années à venir. Explications.

Le PDG du groupe de matériaux de construction Saint-Gobain, Pierre-André de Chalendar, estime que "la reprise française" dans le bâtiment "laisse présager une activité plus soutenue dans les deux prochaines années". "La conjoncture française s'améliore, mais nous sommes encore dans le bâtiment à des niveaux d'activité relativement bas", a toutefois relativisé M. de Chalendar, dans une interview publiée vendredi dans Les Echos.

 

Le second oeuvre profite de la reprise

 

"La reprise française amorcée l'an dernier dans le gros oeuvre grâce aux logements neufs se traduit très nettement depuis quelques mois dans le second oeuvre, et laisse présager une activité plus soutenue dans les deux prochaines années", précise-t-il. Il ajoute qu'il y aussi "des frémissements depuis trois mois dans la rénovation", et constate "que l'emploi dans le bâtiment commence à repartir". Mais le PDG souligne que "le volume d'activité de Saint-Gobain reste de 20% inférieur en France à son activité au pic de 2007" en considérant "neuf et rénovation confondus", alors même que le groupe a retrouvé ou dépassé "le niveau d'avant-crise dans plusieurs pays d'Europe".

 

Interrogé sur la réforme du marché du travail, le patron de Saint-Gobain juge que le contenu des ordonnances "devrait améliorer fortement l'incitation à embaucher". Sur la situation de la France, il pointe "un point très noir (...) le déficit du commerce extérieur" qui "montre que nous avons encore une problématique de compétitivité". "Il faut encore alléger les charges qui pèsent sur le travail", affirme-t-il, en jugeant que "le curseur a été mis un peu trop sur les bas salaires".
actionclactionfp