La conjoncture est restée difficile pour les matériaux de construction au début du printemps, annonce l'Unicem. Le niveau d'activité, qui s'est légèrement redressé, reste bas et la filière de la construction ne semble pas s'inscrire dans la tendance générale de raffermissement constatée en France. Les professionnels du secteur du béton et des granulats espèrent que la seconde moitié de l'année sera plus favorable.

Un très léger mieux. Voilà comment l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) résume l'activité au mois d'avril 2015. Selon son tableau de bord mensuel, les livraisons de granulats et de béton prêt à l'emploi ont cessé de chuter pour enregistrer un faible redressement par rapport au mois de mars, respectivement de +2,1 % et +1,1 %. Cependant, loin de se réjouir, les professionnels rappellent que les niveaux restent à un niveau très faible, les volumes étant inférieurs à ceux mesurés l'an passé (-13 % par rapport à avril 2014 pour les granulats et -8 % pour le BPE). "Si ces rythmes baissiers semblent plutôt s'atténuer par rapport au mois précédent, la pente n'en demeure pas moins inquiétante", estime l'Unicem qui note que la production cumulée sur 12 mois n'a jamais été aussi faible dans les granulats depuis 25 ans. "Quant à l'indicateur du marché des matériaux, il traduit lui aussi une conjoncture pesante dans le secteur du BTP et affiche un recul de près de -11 % en glissement annuel, sur les quatre premiers mois de l'année", poursuit le rapport. Certains matériaux, comme les produits en béton destinés aux travaux publics, affichent même un repli de l'ordre de -20 %.

Révision à la baisse des perspectives 2015

Si, pour l'heure, les mises en chantier de logements et les demandes de permis n'indiquent aucune amélioration nette, l'Unicem voit d'autres signaux d'encouragement : "C'est notamment le cas des ventes de logements neufs qui, selon les premiers chiffres de la Fédération des promoteurs immobiliers, auraient enregistré un redressement sensible". Les ventes dans le résidentiel ont augmenté de +10,4 % au premier trimestre de 2015 (par rapport à la même période en 2014), un rebond qui serait imputable aux particuliers investisseurs plus nombreux à utiliser le dispositif Pinel. Des chiffres confirmés ce vendredi avec la publication par le ministère de données qui montrent une hausse de 14,4 % des réservations logements neufs. Cette reprise ne concernerait que l'investissement locatif et pas l'accession à la propriété, qui "ne décolle pas" (-3,3 %). Malgré des conditions favorables de crédit, les prix encore élevés de l'immobilier et les perspectives d'un marché de l'emploi déprimé découragent les candidats.

 

Dans les travaux publics, la reprise tarde également à se manifester. "L'activité continue de s'enfoncer, les travaux réalisés accusant un recul de -9 % sur un an (…) Quant aux travaux routiers, ils plongent en volume de -19 % sur les trois premiers mois de l'année", précise l'Unicem. En dépit des mesures annoncées (plan de relance autoroutier, plan de rénovation des routes et voies navigables), l'activité devrait encore rester morose "au moins jusqu'au second semestre". Les professionnels des carrières et matériaux de construction ont donc décidé de revoir à la baisse leur prévision d'activité pour l'année 2015, avec une contraction de la production comprise entre -5 % (BPE) et -7 % (granulats).
actionclactionfp