La ministre du Logement et de l'Habitat durable a présenté les lauréats des appels à projets du Plan Recherche & Développement Amiante, ouverts en 2016, et visant à mettre au point des technologies innovantes de détection ou de traitement de ce matériau dangereux. Les innovations recevront un appui financier de 1,4 M€.

Emmanuelle Cosse a dévoilé la première liste de onze lauréats des appels à projets visant à soutenir des méthodes ou technologies innovantes permettant la détection et le traitement de l'amiante. Les solutions retenues dans le cadre du Plan Recherche & Développement Amiante - lancé en juin 2015 sous la présidence d'Alain Maugard - bénéficieront d'un appui de 1,4 million d'euros "pour accélérer la finalisation de leur développement", précise le ministère du Logement.

 

 

Parmi les solutions retenues, on retrouve diverses méthodes de détection et de comptage des fibres, des boîtiers et caissons de confinement ou des automates de traitement des surfaces (voir la liste dans l'encadré ci-dessous). Toutes ces innovations pourront être examinées par la Commission nationale d'évaluation des innovations dans le domaine de l'amiante du bâtiment mise en place le 27 janvier dernier. Cette procédure, volontaire, apportera un gage de performance et de sécurité pour accélérer la mise sur le marché des procédés.

 

Encapsulage, EPI et neutralisation au menu de 2017

 

Le Plan a pour ambition de faire émerger et d'amener à maturité ces nouvelles technologies de détection de l'amiante et de gestion des chantiers de désamiantage, "car l'enjeu de santé publique est majeur et l'impératif de rénovation du parc existant, lié à la loi de Transition énergétique, va entraîner une forte augmentation de travaux de réhabilitation". Les techniques et outils nécessaires, aujourd'hui trop rares, doivent donc être améliorés et renforcés. Les priorités, pour 2017, portent sur les questions d'encapsulage et de recouvrement, sur les équipements de protection individuelle ou collective et sur la neutralisation des déchets amiantés. Les travaux du Plan prévoient également la mise en place de chantiers expérimentaux dans les Outre-mer, pour que soient développées des solutions "en adéquation avec les conditions climatiques locales" et faire monter en compétences les entreprises, ainsi que "le renforcement des actions de R&D confiées au CSTB" pour mener à bien des expérimentations in situ. Emmanuelle Cosse a déclaré : "Le traitement de l'amiante est un enjeu essentiel pour la santé des ouvriers du bâtiment et des habitants".

 

Les onze projets lauréats :
- Plasmiante (BRGM), filtre à plasma pour la détection en temps réel d'amiante en suspension
- Automet (ITGA), détection automatisée des fibres d'amiante par microscopie électronique en transmission analytique
- Preapanalys-Foremp (ITGA), méthode de comptage des fibres en cas de très fort empoussièrement
- Sécur'amiante (Sécur'amiante SARL), caisson de confinement local pour petits travaux
- Amiabox (Nantet SARL), container de stockage sécurisé pour petites quantité de déchets
- Acia Immersif (ITGA), outil d'aide au repérage des matériaux amiantés
- Robot de désamiantage (SFTP), automate de ponçage et rectifiage avec reconnaissance 3D
- Secca (Occamiante), automatisation du traitement des sols
- As Protek, système automatique de dépose d'enduit épais
- Robotic Raboteuse (Eco-Amiante), automate de traitement des surfaces
- Steram (CEFASC Environnement), système de traitement des eaux polluées

actionclactionfp