"Ce n'est pas encore le grand soir", Jacques Chanut, FFB

 

"Entre la foudre et les immeubles à grande hauteur (IGH), ce n'est pas encore le grand soir, nous commente ce lundi, Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB). Ces mesures, il fallait les faire sans aucun doute, c'est plutôt une cohérence."

 

Avant d'ajouter : "En fait, comme à chaque nouvelle annonce, on se rend compte que beaucoup d'éléments ont déjà été adoptés au travers de lois, ou sont en passe de l'être. Mais attention de ne pas maintenir la complexification car au final le compte pénibilité n'est toujours pas réglé !"

 

"Ces mesurettes auront peu d'effets !", Denis Dessus, CNOA

 

En revanche, de son côté, Denis Dessus, vice-président de l'Ordre des architectes, (CNOA), nous indique ce lundi, que "l'allègement de procédures et de certaines contraintes réglementaires excessives est souhaitable." "En ce sens, les quelques mesures sur le contrôle des installations de protection contre la foudre ou la mise en cohérence de normes concernant les ascenseurs ne sont pas néfastes", estime-t-il.

 

"Quoi qu'il en soit, ces mesurettes auront peu d'effets, et l'on sent qu'il s'agit plus des réponses aux sollicitations précises de quelques opérateurs qu'une vision globale de la simplification", commente Denis Dessus.

 

Rappelons en effet, que la mise en open data des accords d'entreprise, la possibilité de remettre au salarié son bulletin de paie sous format électronique sauf s'il s'y oppose, ont déjà été voté dans les lois Travail et Rebsamen. L'allègement des mécanismes de solidarité dans le cadre de la location-gérance, lui, figure au menu du projet de loi Sapin 2.
actioncl