Sur le projet très controversé de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les habitants de Loire-Atlantique ont dit "oui" ce dimanche, en votant à 55,17 % favorablement. "Les travaux préparatoires s'engageront dès l'automne prochain", a confirmé le Premier ministre dans la foulée des résultats du référendum.

Si l'on s'en tient aux déclarations faites à la veille du week-end et à celles de ce dimanche 26 juin par le Premier ministre dans la foulée du référendum, "les travaux préparatoires à la réalisation du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes s'engageront dès l'automne prochain, dans le plein respect des réglementations nationale et européenne."

 

Les habitants de Loire-Atlantique ont donc finalement dit "oui" ce dimanche en votant à 55,17% pour ce projet controversé, lors de la consultation locale voulue par le Gouvernement. Le "oui" l'a ainsi emporté avec 268.981 voix, soit 50.000 voix de plus que le "non"(Ndlr : 44,83 %). La participation s'est établie à 51,08%.

 

"La démocratie a parlé"

 

A noter que dans la commune de Notre-Dame-des-Landes, où le taux de participation a atteint 75,04 %, les électeurs ont massivement voté pour le "non", avec 73,57 %, contre 26,43 % pour le oui. Les 967.500 électeurs du département étaient invités à répondre par "oui" ou par "non" à la question : "Êtes-vous favorable au projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ?"

 

"La démocratie a parlé, a également commenté Manuel Valls dans un communiqué, publié le dimanche soir. Elle a validé le projet de transfert d'aéroport déclaré d'utilité publique en 2008 (soit 2 pistes), tranchant définitivement le débat sur l'opportunité de ce transfert."

 

Avant de bien préciser que "le Gouvernement fera appliquer le verdict des urnes. (…) Ce nouvel aéroport est une chance pour ce territoire et ses habitants. Il conciliera développement économique et protection de l'environnement et des populations."

 

Rappelons que les multiples requêtes des associations opposantes au projet, le Conseil d'État avait de rejeté, mercredi 22 juin, un nouveau recours d'opposants au référendum consultatif et maintenu la consultation quelques jours plutôt.

 

Vinci désigné en 2010

 

Au final, suspendus depuis 2012, les marchés publics relatifs au démarrage des travaux du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, confiés d'ailleurs au groupe de BTP Vinci, ont en fait été relancés le vendredi 30 octobre 2015 par la préfecture de la Loire-Atlantique. Ils pourraient effectivement reprendre à l'automne prochain. Le constructeur et concessionnaire français, désigné en 2010 et pour une durée de 55 ans, de l'infrastructure dans laquelle 408 millions d'euros doivent être investis devra toutefois afficher une certaine patience.

 

"Il faut que tout le monde reste très calme", Emmanuelle Cosse

 

Du côté des réactions, Bruno Retailleau (LR), président du Conseil régional des Pays de la Loire a salué dans un communiqué "l'esprit de responsabilité des habitants qui ne se sont pas servi de cette consultation comme d'un défouloir. (…) Je demande donc solennellement au Président de la République d'engager le début des travaux et l'évacuation de la ZAD."

 

En revanche, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et ex-dirigeante d'EELV (Europe Ecologie - Les Verts:) s'est exprimée à l'AFP avec toutefois une pointe d'amertume : "Nous sommes nombreux à être opposés à ce projet. Je l'étais quand je n'étais pas ministre, je le suis encore aujourd'hui. Maintenant, ce que j'ai toujours prôné, c'est qu'il y ait des évolutions, y compris qu'on sorte des blocages, cette consultation le permet."

 

Avant d'ajouter : "Il faut que tout le monde reste très calme parce que j'ai entendu ce matin des déclarations très véhémentes sur le sujet et ce n'est pas par la violence qu'on règlera la situation. Il faut que de toute façon les choses rentrent dans l'ordre au fur et à mesure. Et en effet, il y a un moment où se posera la question du maintien des zadistes dans la zone."

 

actionclactionfp