DIAPORAMA. On doit au Canada, et plus précisément à trois inventeurs de Toronto, cette ampoule pliable et hyper-performante. Cette réalisation a été en partie payée par des dons sur un site de financement participatif. Après l'arrêt récent de la vente des ampoules à incandescence, cette "NanoLight" serait-elle l'ampoule de demain ?

Tom Rodinger, Gimmy Chu, Christian Yan. Leur exploit ? Avoir créé une ampoule LED omnidirectionnelle de 12 W capable d'éclairer aussi bien qu'une ampoule à incandescence de 100 W.

 

Alors que les ampoules LED commencent peu à peu à séduire le grand public, l'ampoule majoritairement utilisée reste l'ampoule fluocompacte (ou fluorescente compacte). Seulement cette dernière a un défaut de taille : son temps d'allumage. Il faut toujours attendre plusieurs minutes avant qu'elle n'éclaire avec une luminosité égale aux ampoules à incandescence.

 

Les ampoules LED ordinaires, elles, ne connaissent pas ce problème mais demeurent assez onéreuses et trop rares pour des puissances supérieures à 100 W. La NanoLight, selon ses concepteurs, surpasserait ses concurrentes sur tous les plans.

Une idée lumineuse
En premier lieu, son prix serait tout à fait abordable et cohérent par rapport à sa durée de vie : 33 € (45 dollars) pour une ampoule qui pourrait durer jusqu'à 30.000 heures, soit l'équivalent de 30 ampoules à incandescence ou quatre fluocompactes. Dans ce laps de temps, l'électricité produite par cette ampoule ne vous coûterait que 37 € (50 dollars). Plusieurs versions, de différentes puissances, devraient également être disponibles lors de la sortie sur le marché de cette NanoLight, mais toutes seraient en mesure d'assurer une luminosité de 1.200 lumens minimum dès l'allumage.

 

L'autre particularité de cette ampoule est assurément son design non conventionnel. Avec son allure de circuit imprimé plié comme un origami, la NanoLight sort de l'ordinaire et sera proposée en deux couleurs : blanche et noire. Après un premier essai concluant, les trois inventeurs n'excluent pas de mettre en vente des modèles plus personnalisés avec des motifs imprimés. Témoin du succès de leur entreprise, leur projet a déjà récolté un total de 200.000 dollars de dons (pour un objectif de 20.000 dollars) sur la plateforme américaine de financement participatif « Kickstarter ».

 

Une façon de prouver que les particuliers et les professionnels croient véritablement dans le projet un peu fou de ces Canadiens. Par ailleurs, après avoir reçu environ 3.000 commandes d'ampoules, un avenir radieux semble s'offrir à eux.

 

NanoLight 12 W

1600 Lumens
Coût énergétique sur une année : 1,38 € (sur base de 3 heures par jour pour 10 centimes/KWh)
Durée de vie : 25 à 30 ans
50% d'énergie économisée par rapport une ampoule fluocompacte
Disponible en noir et blanc

actionclactionfp

Des modèles différents

Modèles ampoules NanoLight
Modèles ampoules NanoLight © Nanolight
Un petit aperçu des prototypes réalisés et potentiellement commercialisables.

 

Les deux modèles de gauche sont des prototypes en papier quant aux modèles de droite, ce sont les différentes versions de l'ampoule qui devraient sortir.

 

Ainsi pour ces trois dernières, nous avons de droite à gauche :

 

La NanoLight blanche 12W (1.800 Lumens), la NanoLight noire 12W (1.600 Lumens), et la NanoLight noire 10W (1.200 Lumens).

 

Luminosité

Test luminosité NanoLight
Test luminosité NanoLight © Nanolight
Dans son modèle le plus puissant, la NanoLight peut assurer un éclairage de 1.800 Lumens, avec 133 Lumens/W.

 

Outre sa grande capacité d'éclairage dans toutes les directions, les créateurs de la NanoLight ont conçu l'ampoule de sorte qu'elle évite la surchauffe et qu'on puisse la manipuler juste après utilisation sans se brûler.

Design

NanoLight noire 12W - Nanolight
NanoLight noire 12W - Nanolight © NanoLight noire 12W - Nanolight
La NanoLight bénéficie d'un design innovant qui devrait trancher avec les ampoules traditionnelles.

Les inventeurs

Equipe NanoLight
Equipe NanoLight © Nanolight
Les trois Canadiens concepteurs de la NanoLight se seraient rencontrés à l'Université de Toronto lors d'une compétition de voitures à propulsion solaire.

 

De gauche à droite : Gimmy Chu (responsable du développement), Tom Rodinger (scientifique et ingénieur derrière la technologie de la NanoLight) et Christian Yan (responsable commercial et relations avec les entreprises).