Le groupement de distributeurs indépendants, qui a notamment créé l'enseigne Bricomarché, négocie actuellement le rachat d'une autre chaîne de grande distribution spécialisée dans le bricolage : Bricorama. Le rapprochement donnerait naissance au numéro trois du secteur en France.

Les Mousquetaires (Intermarché, Bricomarché, Brico Cash…) et Bricorama sont entrés en négociations exclusives en signant "un accord non engageant et préliminaire", en vue d'un rapprochement sans offre publique d'achat. Seules seraient concernées les activités en France et en Espagne : l'immobilier et les activités au Benelux de Bricorama continueront à être exploitées en franchise avec le groupe Intergamma.

 

Le montant de l'acquisition n'a pas été communiqué mais le périmètre de l'opération représente un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros sur un chiffre d'affaires qui était de 700 M€. Fondé en 1975 par Jean-Claude Bourrelier, le groupe indépendant dispose aujourd'hui de 164 magasins en France et emploie plus de 2.500 personnes. Son résultat net qui dépassait les 23 M€ annuels en 2011, s'est affaissé - tout en restant largement positif - pour s'établir à 12 M€ en 2016. Il revendique la position de cinquième acteur du marché du bricolage dans l'Hexagone.

 

Bricorama, souvent au cœur des manœuvres

 

De son côté, le groupement Les Mousquetaires s'appuie sur un grand nombre d'enseignes différentes dont 505 sont dédiées au bricolage (Bricomarché et le hard discounter Brico Cash). La fusion des deux réseaux "donnerait naissance au numéro trois" du secteur en France. Quant à la répartition du capital, le communiqué précise que "la position de la famille Bourrelier au capital de Bricorama SA demeure inchangée".

 

Ce mariage, qui doit encore être approuvé par les autorités de la concurrence, ferait suite à de nombreuses péripéties dans le monde de la distribution française : en septembre 2015, Bricorama avait proposé une union à Mr.Bricolage qui avait refusé. L'enseigne de Jean-Claude Bourrelier était également à la pointe de la lutte pour obtenir le droit d'ouvrir le dimanche. Sanctionnée, elle avait attaqué Castorama et Leroy Merlin en justice pour concurrence déloyale, obtenant que tous les magasins soient contraints de fermer à l'automne 2013… avant qu'ils ne soient autorisés à rouvrir en mars 2014.

actionclactionfp