A partir du 1er janvier 2016, Montpellier reprendra le contrôle de la gestion de l'eau de la ville, qui était depuis 1990 aux mains de Veolia. Cette opération s'articulera autour de l'eau potable et de l'eau brute, mais pas de l'assainissement.

"L'eau est un bien commun. Elle tient un rôle essentiel", c'est en ces termes que le nouveau maire de Montpellier, Philippe Saurel, a évoqué le vote concernant la reprise par la ville de la gestion de l'eau. Avec cette opération, la municipalité vise "une baisse du prix ", mais aussi "une nouvelle approche des services de l'eau".

 

Avec cette décision, Veolia ne devrait plus être chargée de s'occuper du dossier à partir du 1er janvier 2016. Pourtant, l'entreprise a répondu à un appel d'offres en proposant une réduction du prix de 50%, mais les élus ne semblent pas convaincus : "L'attitude de Veolia ne m'impressionne pas", a indiqué Philippe Saurel. "Pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant", a ajouté le vice-président de l'agglomération en charge de ce dossier et maire de la commune de Grabels, le Front de gauche René Révol.

 

Si le projet de passer en régie publique ne touche pour l'instant que les domaines de l'eau potable et de l'eau brute, l'assainissement pourrait suivre également à moyen terme.
actionclactionfp