Loi de Transition énergétique, accord de Paris sur le climat, territoires à énergie positive… Lors de sa traditionnelle conférence de rentrée, la ministre de l'Environnement a abordé tous les sujets pour dresser un bilan des actions menées et des perspectives pour la fin de 2016. Tour d'horizon.

Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, mais également chargée des Relations internationales sur le climat et présidente de la COP21, se sent investie d'une mission cruciale : "L'action du ministère se situe au cœur des défis de ce siècle", a-t-elle déclaré en préambule de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. La responsable a appelé à "trouver une nouvelle performance économique et sociale durable" et à "penser autrement les modes de vie", en accélérant la transition vers un monde décarboné. Elle a souligné que le défi était avant tout humanitaire, les populations les plus vulnérables étant aussi les plus pauvres du globe. "Il faut combattre le fléau du CO2, de la surexploitation des ressources naturelles et régler le problème du plastique", a-t-elle martelé. Autre question qui deviendra majeure à l'avenir, celle de la gestion de l'eau. "Il y a urgence à agir : l'année 2015 a été la plus chaude et la dégradation des grands glaciers ou des océans est visible", a poursuivi la ministre qui a participé à une expédition arctique pendant l'été polaire.

 

Signe d'espoir, la ratification par les Etats-Unis et la Chine de l'accord de Paris sur le climat, "une excellente nouvelle pour la planète", selon les mots de la présidente de la COP21. "Nous en sommes à 70 % de la cible en ce qui concerne les émissions et à 50 % de l'objectif des pays signataires", déclare-t-elle, annonçant que d'autres pays comme le Maroc, qui accueillera la COP22 en novembre prochain, ou l'Ukraine, ratifieront bientôt l'accord à leur tour. Elle se rendra également en Inde, au mois d'octobre, afin d'obtenir une signature de poids, au moment où l'Union européenne dans son ensemble, délibèrera sur le sujet. La ministre française a notamment demandé à Donald Tusk, le président du Conseil européen, que chaque pays produise un agenda détaillant les efforts qu'il compte entreprendre.

 

L'application de la loi de transition énergétique sera irréversible

 

Autre chantier d'envergure pour Ségolène Royal, celui de la Transition énergétique dans l'Hexagone. Sur la question des textes d'application de la loi, qui s'avèrent techniques et complexes, et nécessitent beaucoup de concertations, la ministre affirme : "87 décrets ont été publiés sur 103. Huit vont l'être prochainement et huit sont encore en concertation". Elle a salué le travail acharné de ses services, des partenaires sociaux, des ONG, et des élus et parlementaires. "Le texte le plus difficile concerne la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) qui sera publié dans le mois qui vient", ajoute-t-elle, assurant que les différentes observations formulées seront intégrées. Ségolène Royal a rappelé ses quatre priorités : les économies d'énergie, le développement des renouvelables, le soutien à la croissance verte et l'importance de l'innovation. Rappelant les différentes simplifications introduites dans les appels d'offres ou les procédures d'autorisation, elle a fait valoir que 2.000 emplois avaient été créés en 2015 dans la filière éolienne terrestre et que 8 milliards d'euros avaient été investis dans le secteur des renouvelables depuis 2014. Elle en a profité pour annoncer le lancement d'un appel d'offres pour le solaire sur le bâti, portant sur 1.350 MW en trois ans. Il est également prévu que la 3e procédure de mise en concurrence pour l'éolien offshore soit initiée très prochainement.

 

Saluant au passage l'Ademe, Ségolène Royal a rappelé le soutien à la chaleur renouvelable et la mobilisation accrue de la biomasse en France, avec 1 Mt/an de bois supplémentaire alloué à des projets. La ministre a également fait valoir que les délais de raccordement des installations avaient été ramenés à 18 mois maximum, et que les territoires à énergie positive étaient désormais 400 à avoir été labellisés. Financés à hauteur de 750 M€ sur trois ans par la Caisse des Dépôts, ils représentent à eux tous 800 projets éoliens et 3 millions de m² de capteurs solaires. Concernant ces finances vertes justement, la responsable politique a mis en avant le rôle pionnier de la France en termes de "reporting vert", qui demande aux investisseurs de communiquer obligatoirement les aspects RSE de leurs investissements. Sept fonds, représentant 1 milliard d'euros, seraient d'ores et déjà reconnus comme verts. "La France est également le premier état à lancer des obligations souveraines vertes", a-t-elle déclaré, précisant qu'elle souhaitait valoriser le financement participatif et la transparence. Enfin, concernant les transports, Ségolène Royal a annoncé préparer un décret d'obligation d'achat de véhicules propres (électrique ou à gaz) pour les flottes des collectivités et territoires. Ce texte, retoqué une première fois au Conseil d'Etat, est de nouveau étudié par les sages. La fin de l'année sera donc encore très dense pour la ministre, qui devra gérer les tensions avec Manuel Valls au sujet de l'aéroport Notre Dame des Landes ou de la pollution des boues rouges dans les calanques.
actionclactionfp