CONJONCTURE. Terrassement, béton, manutention, route… Sur l'ensemble des catégories de matériels, le syndicat des entreprises internationales de matériels de travaux publics (Seimat) annonce que le marché est en forte progression. Une tendance qui devrait se poursuivre pendant plusieurs années.

L'embellie est confirmée et devrait même perdurer. Selon le Seimat, les ventes de matériels de travaux publics ont connu une forte progression en 2017. Tous les segments sont repartis à la hausse : levage, terrassement, routier, machines compactes ou matériels pour le béton.

 

Dans le détail, les matériels de manutention et levage, composés essentiellement de nacelles élévatrices et de chariots télescopiques ont "profité d'une activité dans le secteur agricole plus soutenue que prévu". Sur cette catégorie d'engins, le Seimat annonce que la progression en 2017 a été de +12 % et qu'elle devrait être de +5 % cette année, franchissant largement la barre des 14.000 unités.

 

Pour les matériels de terrassement, la croissance a été de +15 % l'an passé, atteignant les 4.750 machines vendues. Le Seimat note : "En produits phares, les pelles sur chenilles supérieures à 12 tonnes (2.231 unités) en progression de +16 %. Les pelles sur pneus supérieures à 11 tonnes, quant à elles, dynamisées par les travaux dans les grandes métropoles et les chantiers du Grand Paris, progressent de +25 %". Pour toute cette catégorie de matériels, le Seimat prévoit que les ventes de 2018 atteindront les 5.200 machines (+9 %).

 

Du côté des engins de travaux routiers et de compactage, les ventes se sont envolées de +21 % avec plus de 13.800 machines commercialisées en 2017. Ce sont les pilonneuses et plaques vibrantes qui ont dominé ce segment (10.800) devant les compacteurs à rouleaux (2.800) et les finisseurs (170). Pour 2018, le Seimat estime que les ventes continueront de croître, à un rythme moins soutenu (+1 %), mais qui permettra tout de même d'atteindre le seuil des 14.000 engins.

 

Les matériels compacts enregistrent une très forte progression en 2017 avec +22 %. Ils tutoient les 17.000 unités. "Les mini-pelles représentent à elles-seules 68 % du volume, en atteignant presque le pic historique de 2007 (11.676 unités) avec 11.574 machines vendues sur l'ensemble de l'année 2017. Même si les ventes aux loueurs ont participé activement à ces bons résultats (4.231 unités, +29 %), cette performance n'aurait pas pu s'établir sans les bonnes ventes réalisées dans les autres réseaux", analyse le syndicat. En 2018, la croissance se poursuivra (+4 %) amenant le total des ventes espérées à 17.600 machines.

 

Enfin, les ventes d'engins spécialisés pour le béton, essentiellement représentés par les bétonnières portées (1.200 camions toupie) ont explosé : +46 %. Cette activité a été particulièrement soutenue par la reprise du secteur du bâtiment, selon le Seimat, qui anticipe une progression de +3 % en 2018.

 

Le syndicat déclare : "Plusieurs facteurs expliquent cette embellie pour les adhérents du Seimat : le dispositif de suramortissement de la loi Macron a soutenu les ventes, un effet levier déjà observé en 2016, et la reprise de l'activité dans les secteurs du bâtiment (+4,7 %) et les travaux publics (+2,5 %)". Il poursuit : "Même si cette progression est liée à l'aide gouvernementale, il est important de souligner que tous les acteurs n'ont pas usé du dispositif, ni même surinvesti : les achats sont raisonnés, réalisés pour reconstituer le parc machine". Dans ce contexte, le Seimat imagine même que ce cycle vertueux pourrait se poursuivre pendant 4 ou 5 ans, avec un pic d'activité attendu en 2019-2020. D'ici là, l'organisation professionnelle donne rendez-vous à ses adhérents sur le salon Intermat, qui se déroulera du 23 au 28 avril 2018 à Paris Nord-Villepinte.
actionclactionfp