Satisfaction au sein de l'Unicem : la reprise de l'activité constatée semble se poursuivre à la fin du printemps. Les volumes de granulats et de béton prêt à l'emploi sont en hausse, grâce au redémarrage des mises en chantier de logements et, dans une moindre mesure, grâce aux travaux publics.

La progression se poursuit, de mois en mois. L'Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction) vient de publier sa lettre mensuelle pour le mois de mai 2017 et les chiffres révèlent que la reprise est bien là, même si les niveaux sont différents selon les indicateurs considérés.

 

Les livraisons de granulats, par exemple, ont stagné entre avril et mai, mais se situent à +4,2 % de leur niveau au mois de mai 2016. En cumul sur les cinq premiers mois de l'année, l'activité de ce segment s'établit à +3,8 %. Un bon rythme, largement surpassé toutefois par celui du béton prêt à l'emploi (BPE). L'Unicem note : "Le mouvement de reprise est plus sensible même si le profil d'évolution est comparable". Les livraisons se sont donc stabilisées entre avril et mai, mais elles se situent à +10 % par rapport à ce qu'elles étaient il y a un an. Sur les cinq premiers mois de 2017, la tendance s'élève à +6,5 %. "Le redressement du premier trimestre a été commun à la quasi-totalité des matériaux qui composent notre indicateur", analysent les industriels des carrières. Le rythme de progression était de +3,7 % entre janvier et mars, tendance qui se confirmerait au cours du 2e trimestre, puisque l'activité s'établissait à +4,8 % à fin mai.

 

Tous les indicateurs au vert

 

La lettre mensuelle se penche sur le climat conjoncturel de l'industrie du bâtiment : "Après avoir augmenté de trois points en mai, l'indicateur synthétique du climat des affaires gagne encore un point pour se situer à un niveau inconnu depuis août 2011". Du côté de l'impression des professionnels sur leurs carnets de commandes, les enquêtes d'opinion dépassent les moyennes de long terme, "renouant avec des niveaux d'avril 2008". Tous les segments du bâtiment seraient aujourd'hui concernés par la reprise, aussi bien construction résidentielle qu'en non résidentielle, ou en entretien-amélioration. Les permis de construire (+15 %) et les mises en chantier (+16,2 %) sont en hausse sur les cinq premiers mois de l'année. Et, selon l'Unicem, "toutes les conditions semblent réunies pour que le climat reste propice à la consolidation de ces tendances", même si les taux d'intérêt ont légèrement remonté et que l'inflation est de retour. L'environnement institutionnel compense ces hausses grâce à des dispositifs de soutien comme le Pinel et le PTZ pour le neuf, ou d'autres aides pour l'amélioration des logements.

 

Concernant les travaux publics, le redressement se poursuit également, mais à une vitesse plus mesurée. Certains segments comme les travaux routiers ou ceux de canalisation, portent l'activité. En avril 2017, les travaux réalisés s'établissaient à +1 % par rapport à avril 2016 (-0,5 % en cumul sur quatre mois). Signe positif : les carnets de commandes continuent de se garnir, notamment grâce aux projets attribués du Grand Paris. Les marchés conclus sont en nette hausse (+16,9 % sur un an), "un chiffre plutôt de bon augure pour l'activité future, même si, dans l'absolu, le niveau des prises de commandes reste encore faible au regard de la moyenne de long terme", conclut l'Unicem.

actionclactionfp