SALON SIMI 2017. A l'occasion du Salon de l'immobilier de l'entreprise qui démarre à Paris ce mercredi, le conseil en immobilier, Cushman & Wakefield, signale que la demande placée de bureaux a dépassé cette année la barre de 2 millions de m². Dans cette optique, une accélération devrait avoir lieu en 2018 et devrait ré-étalonner le marché pour les deux à trois années à venir.

A l'occasion du Salon de l'immobilier de l'entreprise (SIMI) qui démarre le 6 décembre 2017 au Palais des congrès Porte Maillot à Paris, la dernière étude de Cushman & Wakefield, décrypte ce mardi 215 marchés de bureaux au sein de 58 pays. En ce qui concerne la France, le conseil en immobilier s'est penché sur les marchés des bureaux en Ile-de-France, les commerces, les affaires logistiques et les investissements.

 

"La demande placée de bureaux a dépassé la barre des 2 millions de m²"

 

"Le rebond du marché des bureaux observé au 3ème trimestre 2017 s'est confirmé en octobre et la demande placée de bureaux a dépassé la barre des 2 millions de m², soit une progression de 4 % d'une année sur l'autre", détaille l'étude. D'après Cushman & Wakefield, "cette intensification a été portée par une hausse (16 %) du segment des grandes surfaces (Ndlr : 845 000 m²), ce qui devrait porter le marché entre 2,5 et 2,6 millions de m² fin 2017 ".

 

Dans ce contexte plutôt "favorable" au marché des bureaux, l'étude considère que "les entreprises sont aujourd'hui mieux à même de se positionner sur de futurs projets de déménagement ou de regroupement." Cushman & Wakefield anticipe ainsi une accélération des grands mouvements en 2018.

 

"Dès lors, la croissance des valeurs locatives prime à Paris s'explique; elle devrait être suivie par un mouvement plus ample, sur l'ouest en particulier et ré-étalonner le marché pour les deux à trois ans à venir, laissant émerger une nouvelle typologie d'immeubles tertiaires 'ultra classe A' qui allient excellence technique, flexibilité et réversibilité des espaces, ainsi qu'insertion dans une urbanité plurielle", précise l'étude.

 

La reprise annoncée en 2018 dans le secteur des commerces demeure fragile

 

Toutefois, la reprise annoncée en 2018 dans le secteur des commerces demeure fragile ajoute l'étude. D'après elle, "le total des ouvertures de commerces devrait se situer bien en deçà du million de m² ouvrables anticipés en début d'année, plaçant ainsi le taux de transformation à un niveau plus faible qu'espéré". En amont, Cushman & Wakefield cite l'exemple, du rebond du quatrième trimestre 2017 à travers les inaugurations de 'Promenade de Flandre' à Roncq (60.000 m²) et 'Shopping Promenade' à Amiens (40.000 m²) côté parcs d'activités commerciales.

 

Par ailleurs, sur le marché de l'investissement en commerces, le volume d'investissement attendu en 2018 pourrait dépasser les 4 milliards d'euros à la faveur d'un retour en force des cessions de centres commerciaux, anticipe l'étude.

 

Quant à l'immobilier logistique analysé en 2017, les 2,4 millions de m² d'entrepôts logistiques commercialisés en 9 mois approchent leur temps de passage de 2016. "A l'issue d'un troisième trimestre spectaculaire (920.000 m² de transactions), l'écart avec l'exercice précédent s'est brutalement réduit (-8%), sachant qu'il se mesure à l'aune d'une année 2016 déjà record (3,5 millions de m²)", indique l'étude.

 

Enfin, sur la partie investissements, "quelques grandes opérations vont venir soutenir le volume d'investissement qui devrait flirter avec son niveau de 2016, proche de 27 milliards d'euros", estime le conseil en immobilier. Avant de prédire à une ''stabilité'' de ces taux en 2018.

 


actionclactionfp