Noire, passive, à ossature bois et à énergie positive... La maison de l'architecte Pascal Gontier interpelle d'emblée le visiteur averti. Pourtant, sa principale singularité se niche à l'abri des regards, dans le prototype qui lui assure une ventilation naturelle. Visite.

"Il y a du Pierre Soulages dans cette maison", admet Pascal Gontier. Amoureux de l'œuvre du peintre, cet architecte s'est rapidement orienté vers la couleur noire pour le bardage en bois de son cocon familial de 280 m², situé à Issy-les-Moulineaux (Haut-de-Seine). Ecologique, l'habitation se caractérise par "ses matériaux de qualité, choisis en fonction de leur bilan carbone, son enveloppe thermique performante, ses panneaux photovoltaïques ou encore son système de récupération des eaux de pluie", explique l'architecte. Mais c'est au cœur de ce logement surnommé "Gaïta", du nom d'un instrument à vent, que se trouve son élément d'architecture passive le plus étonnant : une ventilation hybride particulièrement économe.

Des fondations énergétiques
Le système de ventilation débute dans ses fondations. Située en zone inondable, cette construction nécessitait une base spécifique. Pascal Gontier a opté pour neuf pieux de vingt mètres de profondeur en polyéthylène. "Noyés dans le béton, ils stabilisent l'habitation et sont également le support d'une installation géothermique : huit d'entre eux sont reliés à une pompe à chaleur qui intervient tant pour le chauffage, que pour l'eau chaude sanitaire ; quant au neuvième, il fonctionne à la manière d'un puits canadien. Grâce à un système d'échangeur eau-air, il préchauffe l'air de la maison en hiver et le rafraîchit en été", précise l'architecte.

 

La ventilation naturelle
Branché sur ce dernier pieu, l'air est véhiculé par un large conduit qui débouche sur un caisson de 10 m³, suspendu au dessus de l'entrée de l'habitation. Il est ensuite réparti dans les différentes pièces avant d'aboutir "par effet cheminée" sur le toit. Ce système demande de la place car il implique des conduits six fois plus larges que pour une ventilation mécanique contrôlée. Mais il possède un atout indéniable : il fonctionne sans avoir recours à l'électricité. "L'habituel système mécanique est proscrit au profit d'une architecture permettant d'assurer une ventilation naturelle. Un système à l'opposé des 'bâtiments aquarium' qui assure une économie non négligeable sur la facture énergétique", souligne l'architecte. Un véritable manifeste sur ce que devrait être, selon Pascal Gontier, la ventilation dans les bâtiments passifs de demain !

 


Fiche technique

Maison passive à énergie positive
Surface habitable : 280 m² répartis sur trois niveaux
Architecture : Pascal Gontier
Chef de projet : Frédéric Maire
Système de ventilation élaboré par Pascal Gontier avec le bureau d'étude Transsolar
Bilan énergétique : +1,3 KwhEp/m²/an

 

Découvrez la maison Gaïta en cliquant sur suivant.

actionclactionfp

La façade

maison en bois noire
maison en bois noire © L C-M
Avant tout urbaine, la maison est en alignement avec la rue. Attentive à ses voisins, elle est partiellement en retrait grâce à l'implantation du bâti en "L". Sobre, la façade ne laisse entrevoir, depuis la rue, aucun équipement écologique si ce n'est son bardage en bois.

La couleur noire

maison en bois noire
maison en bois noire © L C-M
La maison est revêtue d'un bardage en bois non raboté peint en noir. Cette couleur a été choisie pour ses qualités de réflexion de la lumière et ses contrastes, comme en témoigne la peinture de Pierre Soulages.

Matériaux utilisés

maison en bois noire avec bambou
maison en bois noire avec bambou © L C-M
Les matériaux utilisés ont été sélectionnés en fonction de leur bilan écologique. La structure est à ossature bois à partir du rez-de-chaussée, le bardage et les fenêtres sont en bois, et l'isolation est généralement en cellulose et en laine de bois.

43 m² de panneaux photovoltaïques

maison écologique d'architecte
maison écologique d'architecte © L C-M
Comme le toit, la façade sud est solaire. Elle met à contribution des murs capteurs d'énergie qui sont composés d'une couche de verre prismatique et d'un élément absorbant en bois en forme de peigne.

Fenêtres

fenêtre photovoltaïque
fenêtre photovoltaïque © L C-M
Les fenêtres sont, elles aussi, à proprement dites des éléments solaires passifs, car elles transmettent la lumière et la chaleur des rayons vers l'intérieur.

Volet

volet
volet © L C-M
Les fenêtres sont posées de façon à ce que les éléments dormants soient entièrement recouverts par l'isolation et par la façade. Cette mise en œuvre permet de réduire les déperditions thermiques et d'optimiser l'éclairage naturel.

Aération

fenêtre
fenêtre © L C-M
Des impostes vitrées ont été ajoutées de chaque côté des fenêtres. Elles garantissent contre les risques d'intrusion et offrent une ventilation naturelle.

Entrée

cour bois
cour bois © L C-M
L'entrée de la maison est coupée de la rue par un petit jardin d'hiver, situé au nord. A droite, une descente vers le sous-sol a été prévue pour la voiture.

Jardin d'hiver

maison bois cour
maison bois cour © L C-M
Le jardin d'hiver est coupé de la rue par un mur végétal en bambou de trois mètres de haut sur lequel viendront bientôt courir toutes sortes de végétaux.

Jardin d'hiver

maison bois cour
maison bois cour © L C-M
Le futur bureau de l'architecte Pascal Gontier est situé au dernier étage de l'habitation. Le jardin d'hiver augmente la profondeur de la vue sur la rue.

Bioclimatique ?

Cuisine
Cuisine © L C-M
L'habitation n'est pas tout à fait bioclimatique puisqu'une baie vitrée à triple vitrage a été installée dans cette cuisine pour avoir une vue sur la rue. Pour l'architecte : "La question ici n'est pas de réaliser le bâtiment le plus écologique possible, mais de montrer que la question environnementale est plus une source de plaisir et de création, que de restriction pour l'architecte et l'habitant".

Planchers

plafond
plafond © L C-M
Les planchers des étages sont soit en bois massif composés de panneaux multiplis de 15 cm, soit en caissons de 16 cm rainurés permettant de traiter l'acoustique. Remplis de graviers, ces derniers apportent de l'inertie à la maison.

Du sous-sol

Jardin
Jardin © L C-M
Située en zone inondable, cette construction nécessitait une base spécifique. Pascal Gontier a opté pour neuf pieux de vingt mètres de profondeur en polyéthylène. Les prises électriques du sous-sol sont en hauteur et la surface habitable que constitue le rez-de-chaussée débute à deux mètres de hauteur.

Pieux énergétiques

tuyaux
tuyaux © L C-M
Pascal Gontier a opté pour neuf pieux énergétiques de vingt mètres de profondeur en polyéthylène. "Noyés dans le béton, ils stabilisent l'habitation et sont également le support d'une installation géothermique".

Effet cheminée

Cheminée
Cheminée © L C-M
La ventilation naturelle renvoie l'air dans les différentes pièces avant d'aboutir "par effet cheminée" sur le conduit situé sur le toit.