Patrice Bideau, l'architecte breton, spécialisé dans la construction bioclimatique, a encore frappé. Cette fois, c'est du côté de Vannes qu'il a conçu une maison "presque" passive selon les principes de l'éco-construction et de l'architecture organique. Visite.

La volonté des propriétaires de cette maison posée à Saint-Nolff, dans le Morbihan, était d'aller vers un habitat passif. Or, dans une région au climat océanique, cela est quelque peu incompatible, vu les trop grands écarts de température ou d'humidité selon les heures ou les jours, leur fait comprendre l'architecte. Et puis, il était déjà trop tard, les démarches pour le permis de construire étaient validées et cela impliquait de repartir de zéro.

 

De plus, architecturalement parlant, ils souhaitaient une maison avec une toiture cintrée, sachant que le terrain avait une pente assez prononcée. Ainsi, Patrice Bideau a pris le parti de faire descendre la courbe du toit au plus bas sur la façade nord, de façon à épouser le dessin originel de la partie haute du jardin. En cela, cette conception répond aux règles de la charte de Gaïa, qui prône une architecture organique qui se laisse guider par la nature.

Minimiser le rayonnement magnétique

Cette première difficulté passée, l'architecte a privilégié une structure mixte béton et ossature bois. Ainsi, sur une dalle béton sur vide sanitaire avec hourdis en polystyrène, vient se poser une structure bois composée d'éléments de 120/45 avec une isolation intérieure en laine de roche de 120 mm, en fibres de bois de 80 mm à l'extérieur et un bardage en Douglas laissé naturel qui se grisera avec le temps. A l'intérieur, un pare-vapeur a été posé avec des tasseaux de bois pour fixer les plaques de plâtre, et ainsi éviter au maximum des éléments métalliques et minimiser le rayonnement magnétique, précise Patrice Bideau.

 

Du côté des ouvertures, la performance est au rendez-vous, avec des menuiseries en alu équipées de double vitrage. Certains châssis possèdent même des stores intégrés entre un troisième vitrage et une lame d'air. L'architecte indique ainsi que deux tests d'étanchéité à l'air ont été réalisés pour valider le processus et atteindre un coefficient de 0.39. Ici, l'eau chaude sanitaire est assurée par des panneaux solaires posés sur une pergola installée sur la façade sud-est. De son côté, le chauffage provient d'un poêle à pellets et de convecteurs électriques d'appoint dans les chambres. Enfin, une VMC double flux permet une bonne ventilation à l'intérieur de l'habitat.

Confort à tous les niveaux

Qui dit bioclimatique, dit bien sûr orientation optimisée, qui permet à la maison de profiter pleinement de la course du soleil du matin jusqu'au soir. Ici, confort d'été et d'hiver sont assurés par l'inertie des matériaux, la pergola, les stores et les volets coulissants.

 

"Les occupants ont encore du mal à anticiper les changements de temps. Il faut bien entre deux et trois ans pour apprivoiser une maison bioclimatique", conclut Patrice Bideau.

 


Fiche technique
Maison bioclimatique à Saint-Nolff (Morbihan)
Maître d'œuvre : Patrice Bideau, architecte Dplg / a.typique
Maître d'ouvrage : privé
Surface du terrain : 1.175 m2
Surface de la maison (Shon) : 161 m2
BET Fluides : Ingénierie Le Bagousse - Vannes
Economiste : Patrick Hoffart - Mériadec
Ossature bois : Yvan Le Freillec
Photographies : Armel ISTIN

actionclactionfp