L'usage généralisé de la maquette et des outils numériques n'est plus une chimère. Alors que sera signé ce mercredi le premier permis de construire numérique, la première maison individuelle née de ces technologies sortira de terre à la fin 2016, sous l'impulsion de Geoxia, lauréat d'un appel à projets lancé par le Plan Transition Numérique dans le Bâtiment. Explications.

En lançant un appel à projets pour mobiliser les maîtres d'ouvrages publics et privés à utiliser le BIM dans leurs réalisations, le Plan Transition Numérique dans le Bâtiment (PTNB) emmené par Bertrand Delcambre souhaite davantage que soit expérimenté l'usage de la maquette numérique à tous les stades de développement des chantiers.

 

Dans la catégorie « maison individuelle », le constructeur Geoxia, et sa marque Maisons Phenix, a été désigné lauréat. Le groupe construira ainsi une maison de plain-pied, d'environ 90 m2, dans la région Grand Ouest. Il expérimentera ainsi l'usage de la maquette numérique à tous les stades d'avancement du projet : de sa conception (commercialisation et personnalisation) à son développement, jusqu'à sa réalisation.

 

Modéliser un modèle courant

 

« La particularité de notre projet, nous explique Louis Grivot-Brunhes, directeur technique national chez Geoxia, c'est la spécificité de la marque de pouvoir s'appuyer sur un catalogue de modèles qui peuvent être paramétrables et configurables à souhait. On peut ainsi personnaliser numériquement le projet dès la phase de commercialisation ». Ce qui a retenu également l'attention du PTNB, c'est la capacité de Geoxia à maîtriser la fabrication et l'industrialisation de sa production. En effet, les maisons Phenix bénéficient d'un système constructif qui repose sur une charpente métallique préfabriquée en atelier.

 

« Le projet démarre en ce moment, ajoute Louis Grivot-Brunhes. Nous avons en effet reçu la notification officielle. L'objectif maintenant est de travailler sur un modèle courant pour lequel nous allons définir un protocole BIM, que nous allons modéliser, tester ensuite auprès de différents clients et commercialiser ». Ainsi, sortira de cette expérience un modèle Phénix en maquette numérique qui sera proposée à la vente, et qui permettra d'appréhender tous les impacts de la maquette numérique à toutes les phases de la construction.

 

Retour sur investissement

 

Pour ce projet, Geoxia est accompagné financièrement par le PTNB (610.000 € au total d'aides pour les 8 projets retenus, ndlr), mais aussi par les experts du CSTB. « Les coûts seront ceux des logiciels dans lesquels nous investirons. Il y aura bien sûr un énorme travail en interne pour alimenter les bibliothèques de données, mais le retour sur investissement pour la mise en œuvre de solutions BIM est de l'ordre de 2 à 3 ans. Dans tous les cas, c'est un investissement, qui nous permettra de réduire les coûts de construction, à terme, et de proposer une nouvelle offre à nos clients. Ces avantages concurrentiels sont un atout pour le groupe », nous confie le directeur technique national de Geoxia. Au final, assure-t-il, « il n'y aura aucun impact financier pour le client ».

 

L'idée, c'est aussi que le groupe transpose l'usage du BIM à ses autres marques (Maison Castor, Maison Familiale…). « C'est une stratégie de groupe que de basculer progressivement sur le BIM », ajoute-t-il. Une opération qui devrait être achevée d'ici à 2018, selon le responsable.
actionclactionfp