Après les régions, c'est au tour de l'Association des Départements de France de dénoncer la baisse des loyers des logements sociaux souhaitée par le gouvernement.

L'Assemblée des départements de France a dénoncé lundi dans un communiqué la volonté du gouvernement de baisser les loyers des logements sociaux et demande la mise en place d'un moratoire sur le financement du logement social. "Alors que le gouvernement souhaite relancer la croissance en s'appuyant sur un grand plan d'investissement, les Départements de France soulignent combien les décisions prises par l'Etat pour le financement du logement social contredisent cette volonté", écrit l'Association des Départements de France (ADF).

 

Selon elle "l'annonce gouvernementale d'imposer aux bailleurs sociaux une baisse des loyers sur les logements accueillant des ménages bénéficiaires des aides publiques (APL) fragilise leur action sur l'ensemble du territoire". L'association considère que "au-delà du déséquilibre financier probable, c'est leur capacité à produire, à rénover et à s'inscrire dans la transition énergétique qui sera durablement amputée".

 

L'équilibre des territoires menacé

 

Si elle admet que le mode de financement du logement social doivent être "réexaminé et repensé à long terme", l'ADF fait valoir que ce travail "doit être conduit en concertation avec l'ensemble des acteurs publics concernés". "Cette décision, prise à nouveau, sans concertation va freiner la construction à un moment où les collectivités sont invitées à renforcer et mieux répartir l'offre locative sociale pour atteindre les objectifs de la loi SRU (sous menace de pénalités financières)", explique-t-elle.

 

L'ADF en profite pour rappeler que "la pérennité des rénovations et des constructions dans les secteurs peu denses participe pleinement à l'équilibre des territoires" et estime alors qu'elle "est menacée". Par conséquent, l'association réclame la mise en place d'un moratoire sur le financement du logement social "pour engager une véritable et indispensable concertation avec tous les acteurs concernés".
actionclactionfp