Les élus des grandes villes et intercommunalités ont demandé ce jeudi au Gouvernement de revoir "en profondeur" sa copie en matière de logement. Ils demandent aussi l'organisation rapide d'une "vaste concertation nationale".

Après la demande du président du Sénat, Gérard Larcher (LR), à Emmanuel Macron, d'une tenue d'une "conférence de consensus" sur le logement, c'est au tour des élus grandes villes et des Communautés de communes, d'exiger l'organisation rapide d'une "vaste concertation nationale". Ils dénoncent globalement "l'approche exclusivement budgétaire" du Gouvernement en matière de logement.

 

Vers une présentation du projet de loi mi-décembre 2017 en Conseil des ministres

 

Rappelons qu'un projet de loi sur la stratégie logement doit être, effectivement, présenté mi-décembre en Conseil des ministres, puis devant le Parlement au premier trimestre 2018.

 

Une délégation de France urbaine, qui réunit les élus des grandes villes et présidents de métropoles, a donc été reçue, le 8 novembre 2017 par le Premier ministre Edouard Philippe et les ministres concernés au sujet de la réforme du logement, indique l'association dans un communiqué.

 

France urbaine "inquiète des risques de fragilisation du tissu des organismes HLM"

 

France urbaine "est particulièrement inquiète des risques de fragilisation du tissu des organismes HLM, alors que ce sont les collectivités locales qui garantissent, par ailleurs, les emprunts des bailleurs sociaux", poursuit l'association présidée par le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR).

 

Avant d'ajouter : "Le biais budgétaire et financier retenu par le gouvernement pour engager la réforme des politiques du logement est une démarche qui ne prend pas en compte globalement les politiques locales de l'habitat, souvent performantes et la diversité des besoins des territoires." L'association des grandes villes en appelle en conséquence à une "rapide et vaste concertation nationale sur les politiques nationales et locales du logement", avec l'ensemble des acteurs publics et privés.

 

Reçue également par le Premier ministre, le même jour, l'Assemblée des communautés de France (AdCF), a demandé à Matignon de "revoir en profondeur ses propositions en matière de logement".

 

 


actionclactionfp