Avant de céder sa place au ministère du Logement, Emmanuelle Cosse a adressé un courrier à celui ou celle qui prendra sa succession. Elle l'appelle à mener une politique ambitieuse et déterminée.

C'est sur son compte Facebook que la ministre du Logement Emmanuelle Cosse a choisi de s'adresser au ministre qui la remplacera au Logement. Dans un courrier publié ce dimanche sur le réseau social, la ministre évoque dès les premières lignes, "le vote protestataire voire sécessionniste dans de trop nombreux territoires" qui s'est exprimé lors de cette présidentielle. Un résultat qui "implique de répondre et de recréer les liens distendus entre le citoyen, la politique et l'intervention publique" pour "réussir ce prochain quinquennat", écrit-elle.

 

Emmanuelle Cosse espère que "la mobilisation générale en matière de logement" "se poursuive voire s'amplifie à travers une action politique ambitieuse et déterminée". Elle revient ensuite sur l'ensemble des actions et réformes qui ont été menées ou engagées, évoquant "un intense quinquennat de refonte législatives et réglementaires".

 

La ministre du Logement de François Hollande rappelle l'importance donnée à la construction et au logement abordable. Fort de 18 milliards d'euros de soutien public, le secteur de la construction a surmonté la crise de 2008, et produit près de 400.000 logements neufs par an - en-deçà toutefois de l'objectif de 500.000 fixé par François Hollande -, à la faveur de taux d'intérêt très bas et d'aides publiques (PTZ, dispositif fiscal "Pinel") renforcées.

 

"Une impulsion encore plus forte de la puissance publique" pour la rénovation énergétique

 

Estimant que le plan de relance adopté en 2013 n'a pas été au niveau des besoins, elle relève que l'avantage fiscal concédé aux investisseurs achetant un logement pour le louer, le "Duflot" - beaucoup plus restrictif que le "Scellier" qui l'avait précédé avait eu de "nombreux effets pervers".

 

Alors que le nouveau Président de la république, Emmanuel Macron veut exonérer 80% des Français de la taxe d'habitation d'ici 2020, Emmanuelle Cosse encourage à "s'inviter le plus en amont possible au chantier fiscal qui devrait s'ouvrir", écrit-elle, face à Bercy.

 

En matière de rénovation énergétique, doubler le nombre de logements rénovés pour atteindre 500.000 par an, objectif non atteint du quinquennat, nécessitera "une impulsion encore plus forte de la puissance publique", poursuit-elle.

 

Enfin, Emmanuelle Cosse appelle aussi à développer les politiques d'hébergement des migrants, initiées pendant le quinquennat qui aura vu la création de 10.000 places en CAO (centres d'accueil et d'orientation) en régions et près de 10.000 en centres d'hébergement migrants en Ile-de-France, dans ce courrier. "Cette politique a vocation à durer parce que la demande migratoire va durer", a-t-elle commenté dans un entretien à l'AFP. Le futur gouvernement devra "adopter un vrai plan d'accueil des migrants", selon elle, notamment en alimentant la plateforme de logements vacants pour les réfugiés, alors que certains occupent encore des places en centre pour demandeurs d'asile faute d'hébergement ailleurs.
actionclactionfp