Le groupe chinois China Communications Construction Co vient de signer avec les autorités kenyanes un accord de 2,8 milliards d'euros dans l'optique de rénover la voie ferrée datant de l'époque coloniale, reliant le port de Mombasa à la capitale Nairobi. Objectif à terme : la prolonger au reste de l'Afrique de l'Est, notamment en Ouganda et au Rwanda. Précisions.

Alors que le Kenya compte renforcer sa position de hub logistique en Afrique de l'Est, la rénovation de la voie ferrée reliant le port de Mombasa à sa capitale Nairobi a été confiée à la compagnie China Communications Construction Co pour un montant de 2,8 milliards d'euros.

 

Côté financements, l'Exim Bank de Chine, la banque d'import-export prendra à sa charge 90 % du coût des travaux et le Kenya, le reste. Grâce à cette ligne, l'exploitant, RVR -détenu par le financier Citadel Capital-, compte réduire de 60 % les coûts du transport de marchandises, l'un des principaux obstacles aux investissements.

 

Vers un prolongement en Ouganda et Rwanda
Aujourd'hui, en effet, seule une ancienne ligne en mauvais état, héritée de la colonisation britannique, relie Nairobi à Mombasa, et les trains mettent plus de douze heures pour parcourir les 450 km de savane qui séparent les deux principales villes kényanes. Désormais, le trajet en train devrait durer quatre heures à l'issue de la fin des travaux prévue en 2017, selon les autorités kenyanes. Cette même ligne devrait ensuite être prolongée jusqu'à Kampala, en Ouganda, puis Kigali, au Rwanda, et potentiellement jusqu'au Soudan du Sud.
actionclactionfp