DIAPORAMA. Quinze mois après son ouverture, le nouveau refuge du Goûter reste une prouesse technologique à plus d'un titre. Perché à 3.835 m, sur la voie principale d'accès au Mont-Blanc, il accueille 120 pensionnaires chaque jour dans un écrin ulta-moderne équipé de matériels de pointe. Les premiers retours d'expérience sont satisfaisants. Découverte.

Situé sur une voie d'ascension du Mont-Blanc empruntée chaque année par de nombreux alpinistes venus du monde entier, 8.300 l'an dernier, le nouveau refuge du Goûter a été inauguré, samedi 6 septembre, en grande pompe sur la commune de Saint-Gervais (Haute-Savoie), par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. "Il appartient à une nouvelle génération de bâtiments", a-t-elle affirmé, avant de souhaiter que "tous les nouveaux bâtiments publics ou recevant des subventions publiques soient à énergie positive."

 

Deux ans après sa livraison, l'architecture ovoïde surprenante dessinée en 2010 par les équipes du Groupe H (Paris, 75) et DecaLaage Architecture (Chamonix, 74) étonne les alpinistes et passionnés de la grande montagne nous confirme Raymond Courtial, vice-président de la Fédération française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM), en charge du patrimoine et du bâti. "L'objectif de conception est rempli, nous signale le maître d'ouvrage. Les concepteurs ont dû intégrer un bâtiment à 3.835 m sur un plan esthétique et technique et faire face à toutes les contraintes climatiques d'un environnement où les vents moyens avoisinent les 280 km/h !".

Du bois en ossature et une façade

Ce édifice prenant la forme d'un vaisseau spatial domine ainsi le vide en haut d'une falaise de 1.500 mètres. "Et il a fallu le profiler pour qu'il puisse résister à ces énormes bourrasques durant l'hiver. Des études en soufflerie réalisées à l'IRSTEA de Grenoble, (ex Cemagref) ont permis de déterminer sa forme aérodynamique", ajoute Raymond Courtial.

 

En outre, la structure en bois local des Alpes françaises (400 m3), pour un approvisionnement en circuit court, a été privilégiée pour éviter transport et pollution. "La peau extérieure métallique à faible réflectivité, intègre des facettes s'éclairant comme les arêtes du Mont-Blanc, alternativement, au rythme de la course du soleil", indiquent les concepteurs du projet dans un communiqué.

Priorité aux économies d'énergie

Côté consommation énergie du bâtiment, toutes les technologies de pointe fournies et mises en place par Schneider Electric sont au rendez-vous à 3.835 mètres ! "Capteurs solaires thermiques en toiture, panneaux photovoltaïques en façade, appoint énergétique par cogénération biomasse, centrale de ventilation double flux à haut rendement, toilettes humides à aspiration sous vide et enfin recyclage des eaux, vannes et assainissement des eaux usées basé sur une technologie employée dans la marine : la batterie des solutions techniques nous conforte dans ce projet", poursuit Raymond Courtial.

 

Des équipements qui permettent aux 120 personnes accueillies chaque jour depuis l'ouverture du refuge le 27 juin 2013, de profiter des conditions optimales de sécurité et de confort lors de chaque demi-pension.

"Au moindre incident, c'est la fermeture!"

"Depuis son ouverture, en juin 2013, ce nouvel équipement recevant du public situé en haute-montagne tourne à pleine régime", nous confie Jean-Marc Peillex, maire UMP de Saint-Gervais, la commune propriétaire du terrain de l'ancien et du nouveau refuge, rappelant, par ailleurs, que le massif du Mont-Blanc est un site classé au titre du code de l'urbanisme par décision de l'Etat français du 14 juin 1951. "Quelques ajustements de dernière minute avaient été nécessaires avant l'ouverture du refuge à cette époque, qui avait justement obtenu l'avis favorable de la commission de sécurité, puis mon arrêté d'ouverture. S'il y a le moindre incident prochainement, il sera fermé de nouveau."

 

Pour rappel : un incident au sein du circuit de refroidissement du système solaire thermique avait provoqué, le 19 août 2012, une surchauffe et un important dégagement de vapeur d'eau glycolée, rappelle Raymond Courtial. Et l'inauguration avait été annulée, en raison d'une mésentente sur les modalités de financement de l'événement, entre le propriétaire du terrain, la mairie de Saint-Gervais, et le maître d'ouvrage, la FFCAM (Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne).

 

"C'est la montagne qui commande, ce n'est pas l'homme !"
Près de deux ans plus tard, jeudi 4 septembre 2014, six cordées officielles, auxquelles ont pris part Georges-François Leclerc, préfet de la Haute-Savoie, Jean-Marc Peillex, maire et Conseiller général de Saint-Gervais-les-Bains, ainsi que des membres de la FFCAM et des collaborateurs de Schneider Electric, ont entrepris l'ascension jusqu'au refuge du Goûter pour une première cérémonie d'inauguration. "Dans la tradition des refuges, on inaugure à pieds le bâtiment", glisse l'élu savoyard Jean-Marc Peillex. Et dans le milieu de la montagne, on fait preuve d'humilité. C'est la montagne qui commande, ce n'est pas l'homme. Nous ne sommes que des invités. Un refuge doit répondre à des normes, le Goûter est certes, un bel essai mais il y a encore des mises au point techniques à faire ! "
actionclactionfp