DIAPORAMA. Quinze mois après son ouverture, le nouveau refuge du Goûter reste une prouesse technologique à plus d'un titre. Perché à 3.835 m, sur la voie principale d'accès au Mont-Blanc, il accueille 120 pensionnaires chaque jour dans un écrin ulta-moderne équipé de matériels de pointe. Les premiers retours d'expérience sont satisfaisants. Découverte.

Situé sur une voie d'ascension du Mont-Blanc empruntée chaque année par de nombreux alpinistes venus du monde entier, 8.300 l'an dernier, le nouveau refuge du Goûter a été inauguré, samedi 6 septembre, en grande pompe sur la commune de Saint-Gervais (Haute-Savoie), par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. "Il appartient à une nouvelle génération de bâtiments", a-t-elle affirmé, avant de souhaiter que "tous les nouveaux bâtiments publics ou recevant des subventions publiques soient à énergie positive."

 

Deux ans après sa livraison, l'architecture ovoïde surprenante dessinée en 2010 par les équipes du Groupe H (Paris, 75) et DecaLaage Architecture (Chamonix, 74) étonne les alpinistes et passionnés de la grande montagne nous confirme Raymond Courtial, vice-président de la Fédération française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM), en charge du patrimoine et du bâti. "L'objectif de conception est rempli, nous signale le maître d'ouvrage. Les concepteurs ont dû intégrer un bâtiment à 3.835 m sur un plan esthétique et technique et faire face à toutes les contraintes climatiques d'un environnement où les vents moyens avoisinent les 280 km/h !".

Du bois en ossature et une façade

Ce édifice prenant la forme d'un vaisseau spatial domine ainsi le vide en haut d'une falaise de 1.500 mètres. "Et il a fallu le profiler pour qu'il puisse résister à ces énormes bourrasques durant l'hiver. Des études en soufflerie réalisées à l'IRSTEA de Grenoble, (ex Cemagref) ont permis de déterminer sa forme aérodynamique", ajoute Raymond Courtial.

 

En outre, la structure en bois local des Alpes françaises (400 m3), pour un approvisionnement en circuit court, a été privilégiée pour éviter transport et pollution. "La peau extérieure métallique à faible réflectivité, intègre des facettes s'éclairant comme les arêtes du Mont-Blanc, alternativement, au rythme de la course du soleil", indiquent les concepteurs du projet dans un communiqué.

Priorité aux économies d'énergie

Côté consommation énergie du bâtiment, toutes les technologies de pointe fournies et mises en place par Schneider Electric sont au rendez-vous à 3.835 mètres ! "Capteurs solaires thermiques en toiture, panneaux photovoltaïques en façade, appoint énergétique par cogénération biomasse, centrale de ventilation double flux à haut rendement, toilettes humides à aspiration sous vide et enfin recyclage des eaux, vannes et assainissement des eaux usées basé sur une technologie employée dans la marine : la batterie des solutions techniques nous conforte dans ce projet", poursuit Raymond Courtial.

 

Des équipements qui permettent aux 120 personnes accueillies chaque jour depuis l'ouverture du refuge le 27 juin 2013, de profiter des conditions optimales de sécurité et de confort lors de chaque demi-pension.

"Au moindre incident, c'est la fermeture!"

"Depuis son ouverture, en juin 2013, ce nouvel équipement recevant du public situé en haute-montagne tourne à pleine régime", nous confie Jean-Marc Peillex, maire UMP de Saint-Gervais, la commune propriétaire du terrain de l'ancien et du nouveau refuge, rappelant, par ailleurs, que le massif du Mont-Blanc est un site classé au titre du code de l'urbanisme par décision de l'Etat français du 14 juin 1951. "Quelques ajustements de dernière minute avaient été nécessaires avant l'ouverture du refuge à cette époque, qui avait justement obtenu l'avis favorable de la commission de sécurité, puis mon arrêté d'ouverture. S'il y a le moindre incident prochainement, il sera fermé de nouveau."

 

Pour rappel : un incident au sein du circuit de refroidissement du système solaire thermique avait provoqué, le 19 août 2012, une surchauffe et un important dégagement de vapeur d'eau glycolée, rappelle Raymond Courtial. Et l'inauguration avait été annulée, en raison d'une mésentente sur les modalités de financement de l'événement, entre le propriétaire du terrain, la mairie de Saint-Gervais, et le maître d'ouvrage, la FFCAM (Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne).

 

"C'est la montagne qui commande, ce n'est pas l'homme !"
Près de deux ans plus tard, jeudi 4 septembre 2014, six cordées officielles, auxquelles ont pris part Georges-François Leclerc, préfet de la Haute-Savoie, Jean-Marc Peillex, maire et Conseiller général de Saint-Gervais-les-Bains, ainsi que des membres de la FFCAM et des collaborateurs de Schneider Electric, ont entrepris l'ascension jusqu'au refuge du Goûter pour une première cérémonie d'inauguration. "Dans la tradition des refuges, on inaugure à pieds le bâtiment", glisse l'élu savoyard Jean-Marc Peillex. Et dans le milieu de la montagne, on fait preuve d'humilité. C'est la montagne qui commande, ce n'est pas l'homme. Nous ne sommes que des invités. Un refuge doit répondre à des normes, le Goûter est certes, un bel essai mais il y a encore des mises au point techniques à faire ! "

actionclactionfp

Le nouveau refuge apprécié des alpinistes

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © PTournaire
Alpinistes et passionnés de la haute-montagne souhaitent apprécier très vite le confort du tout nouveau refuge du Goûter (3.835 m), l'ultime halte dans l'ascension du Mont-Blanc, par la voie royale.

Des solutions techniques adpatées

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Lionel Lafosse
Les solutions techniques mises en oeuvre par Schneider Electric permettent la gestion de l'ensemble des énergies et des ressources du refuge, garantissant ainsi le confort et la sécurité des occupants. Elles assurent la transformation, la distribution et la gestion de l'électricité, mais aussi de l'énergie thermique.

Un chantier échelonné sur trois périodes

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Lionel Lafosse
Démarré il y a quatre ans, le chantier, du fait des conditions climatiques extrêmes (-30 degrés l'hiver, + 3 degré à l'heure actuelle ), s'est échelonné sur trois saisons printemps-été, cinq mois par an, pour s'achever en été 2012. "L'année 2010 a surtout été dédiée au terrassement et à l'infrastructure, phase primordiale du projet, nous signale Raymond Courtial, vice-président de la FFCAM, en charge du projet et du patrimoine et bâti au sein de sa fédération. Il a fallu avant tout casser le rocher et déglacer le site de façon à libérer une surface d'environ 200 m² au sol pour l'emprise du bâtiment. Deux plateformes successives ont été réalisées pour enfouir les fondations, une principale en amont (côté nord-est) et une seconde en aval (sud-ouest), 3,40 m plus bas."

Maintenir le refuge par des vents de 280 km/h

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Luc Jourjon
Les fondations ont été conçues dans la foulée pour maintenir le refuge sur son arête par des vents de 280 km/h. "On recense près de 69 pieux, ayant chacun fait l'objet de centaines de justifications en atelier. Ces pieux ont été ancrés dans le rocher à environ 8 m de profondeur, afin d'atteindre une zone constamment gelée à -8°C", indique Raymond Courtial à la FFCAM.

Une structure en lamellé-collé

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Marina Auger
C'est ensuite en 2011 qu'a été consacrée la réalisation de l'ossature, des planchers et de l'enveloppe du bâtiment. " La maîtrise d'oeuvre l'a conçu à 90% en bois, épicéa et pin douglas, majoritairement issu de forêts locales, nous précise Raymond Courtial. Les concepteurs ont alors opté pour une structure en lamellé-collé, ayant l'avantage d'allier la plus grande légèreté à la plus haute résistance possible." Objectif du procédé: réduire de 20 à 30% le volume de bois par rapport à un assemblage traditionnel.

A l'intérieur du refuge

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Lionel Lafosse
Le bâtiment, a été également réalisé pour fonctionner durant trois mois par an (de juin à septembre), selon un principe d'autonomie énergétique totale. "Comme l'a conformée, ce samedi 6 septembre le jour de l'inauguration, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, le refuge du Goûter comporte toutes les caractériques d'un bâtiment public à énergie positive: capteurs solaires thermiques en toiture, panneaux photovoltaïques en façade, appoint énergétique par cogénération biomasse, centrale de ventilation double flux à haut rendement, toilettes humides à aspiration sous vide et enfin recyclage des eaux vannes et assainissement des eaux usées basé sur une technologie employée dans la marine", développe Raymond Courtial, vice-président de la FFCAM.

L'espace restauration

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Lionel Lafosse

Autre particularité du site : la surfréquentation

Refuge du Gouter
Refuge du Gouter © FFCAM Marina Auger
Autre particularité du site : la surfréquentation. Faisant fi des règles de sécurité, de plus en plus de touristes se présentent au refuge du Goûter, au pied du sommet, sans réservation. Le maire de Saint-Gervais et la Fédération française des clubs alpins et de montagne tirent la sonnette d'alarme. "Cette situation n'est pas admissible. Il faudrait plus de contrôles pour réguler l'accès au site et les conditions d'accueil, souffle l'élu de saint-Gervais Jean-Marc Peillex. Le refuge est pris d'assaut par les agences de voyage, on n'est plus dans l'alpinisme mais dans la consommation! Attention aux dérives."

Un projet audacieux

Refuge du Gouter
Refuge du Gouter © FFCAM Marina Auger
Le dessin audacieux de l'enveloppe extérieure du refuge du Goûter réalisé par les équipers du Groupe H (Paris) et DecaLaage Architecture (Chamonix, Haute-Savoie) résulte de l'observation de la nature et de la convergence de trois études. Le plan d'une ellipse, projeté en trois dimensions aboutit à un ellipsoïde de révolution, autrement dit à un volume ovoïde, rappelant les contours d'un œuf, rappellent les architectes dans un communiqué. Concrètement, l'ellipse est convertie en 4 arcs de cercle, chacun étant divisé en 8 segments linéaires égaux.

Un chantier hors-norme

Refuge en bois
Refuge en bois © Groupe H - Deca-Laage
D'ailleurs, Schneider Electric a mobilisé ses équipes afin de fournir une solution adaptée aux conditions extrêmes de ce projet "hors-norme". "Grâce au système de contrôle centralisé, l'exploitant est en mesure de superviser les installations et de suivre en temps réel les productions et consommations d'énergie, aussi bien localement qu'à distance", indique à son tour, le fabricant de de système de solutions d'énergies.

Fiche technique

Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m
Inauguration le samedi 6 septembre 2014 du nouveau Refuge du Goûter (Haute Savoie), 3.835 m © FFCAM Lionel Lafosse
Maîtrise d'ouvrage : Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM)
Maîtrise d'œuvre :
Conception architecturale : Groupe H (Paris) et DecaLaage Architecture (Chamonix)
Ingénierie structure bois : Charpente Concept (Paris, 75, et Saint-Pierre-en-Faucigny, Haute-Savoie)
Ingénierie structure fondations Betech SA (Annemasse, Haute-Savoie)
Ingénierie fluides, chauffage, ventilation, électricité, plomberie, assainissement : Cabinet Strem (Lyon)
Simulations thermiques, QEB : Albedo Energie (Bourget-du-Lac, Savoie)
Economiste : Cabinet Denizou (Villeurbanne, Rhône)
Montant des travaux tous corps d'état : 6,5 millions d'euros HT
Montant des lots fluides : 3 millions d'euros HT