DIAPORAMA. Dernière ligne droite pour l'Allianz Riviera, le nouveau grand stade de Nice. Alors que Vinci vient d'achever la pose de la charpente, la société Nice Eco Stadium a signé ce vendredi 3 mai avec EDF ENR, un contrat pour la conception, l'installation imminente et la maintenance de près de 7.000 m² de panneaux solaires sur la toiture de l'enceinte. Visite du chantier.

Prévu pour être livré le 31 août prochain et inauguré le 5 septembre, le chantier du stade de Nice bat son plein. A cinq mois de la fin des travaux, cette infrastructure imaginée par l'architecte Jean-Michel Wilmotte et baptisée l'été dernier Allianz Riviera Stadium affiche une belle allure (Cfpage 2). La société Nice Eco Stadium a saisi cette opportunité, ce vendredi 3 mai, pour signer avec EDF ENR, leader français du photovoltaïque en toitures, un contrat pour la conception, l'installation et la maintenance d'une centrale photovoltaïque sur la toiture de l'enceinte.

4.000 panneaux intégrés sur la membrane du toit
"Cette centrale photovoltaïque sera constituée de près de 7.000 m² de panneaux solaires à haut rendement, fabriqués en Europe et dont l'installation devrait commencer dans quelques jours, nous explique Benjamin Declas, directeur général d'EDF ENR solaire. Après la pose des bacs aciers situés à 40 mètres de hauteur, les installateurs devront faire face aux contraintes d'intégration compte tenu de l'architecture spécifique de la toiture. En effet, son degré de pente est évalué entre 6 et 11 degrés. Viendront ensuite les étapes d'installation des supports d'étanchéité et d'une membrane PVC. Au final, ces panneaux, au nombre de 4.000, seront intégrés par 40 ouvriers à la membrane du toit."

 

Cette centrale photovoltaïque "unique", selon EDF ENR à l'heure actuelle pour sa surface sur un stade de football en France (Ndlr : le stade Océane du Havre représente une toiture photovoltaïque de 250 m²) couvrira trois fois les besoins générés par l'Allianz Riviera, soit 1.500 MWh par an, c'est-à-dire la consommation annuelle de 616 foyers. Avec exactement 4.032 modules de type Sunpower E20 d'une puissance de 333 Wc, l'objectif sera d'atteindre 25.110 MWh d'origine renouvelable d'ici à 2020.

 

"La concrétisation de ce projet de centrale photovoltaïque sur un stade de football est une grande fierté pour nous, nous confie de son côté Xavier Lortat-Jacob, président de Nice Eco Stadium. Elle prouve que dans un contexte rendu très complexe par les évolutions brutales qu'a connu la filière photovoltaïque depuis 2011, nous avons su nous adapter en trouvant des solutions de financement et des solutions techniques lui permettant de tenir ses engagements."

 

Chantier de l\'Allianz Riviera à Nice
De gauche à droite: Olivier Paquier, président d'EDF ENR Solaire, Christian Estrosi, maire de Nice et Xavier Lortat-Jacob, président de Nice Eco Stadium. © S.C.Batiactu
Optimiser la consommation d'énergie
Outre l'installation photovoltaïque sur l'intégralité de la toiture, les architectes ont également souhaité limiter l'impact écologique du fonctionnement du stade : "On y retrouve les techniques habituelles rattachées au développement durable : géothermie pour le conditionnement de l'air, ventilation naturelle, stockage des eaux de pluie pour l'arrosage de la pelouse", nous explique Marco Punzi, architecte en charge du projet au sein du cabinet Wilmotte.

 

Ces systèmes permettront d'après lui d'optimiser la consommation d'énergie et même de produire un surplus à la hauteur de trois fois l'énergie consommée. Comme la plupart des enceintes sportives imaginées, aujourd'hui, la structure joue également le rôle de façade et de toiture pour affirmer l'unité du bâtiment. "C'est une grille tridimensionnelle en bois qui joue cette fonction, nous précise Marco Punzi. Il s'agit de la plus grande au monde pour une enceinte de ce type, qui permettra une réduction des émissions carbone tout en couvrant l'ensemble des gradins." Par ailleurs, des entretoises métalliques viennent ensuite tendre des membranes en ETFE -éthylène tétrafluoroéthylène- pour la partie verticale et en PVDV -polyfluorure de vinylidène- pour la plus grande partie de la toiture. La particularité de ces matériaux ? "C'est leur aspect translucide qui assure une bonne luminosité naturelle tout en filtrant la lumière", ajoute l'architecte.

 

Par ailleurs, cet éco-stade qui prend place au sein de l'Ecovallée de la Plaine du Var présente une autre particularité : "L'utilisation du bois dans la réalisation de la charpente qui a permis d'éviter 3.000 tonnes d'émission de CO2, soit environ 3.000 allers-retours Nice-New York", complète l'architecte du cabinet Wilmotte. Un dispositif unique de ventilation naturelle va être aussi mis en place par le biais de poteaux soufflants utilisant les vents de la Plaine du Var.

 

L'équipement sportif puisera également ses ressources thermiques chaleur et fraîcheur de la nappe phréatique permettant ainsi de diviser par deux les ressources consommées. "La distribution d'eau s'effectuera grâce à la récupération des eaux de pluie ce qui permettra de répondre aux pics de demande d'eau lors des matchs et événements et ainsi de réduire la consommation d'eau de ville", a signalé de son côté le maire de la ville de Nice Christian Estrosi.

 

A noter que le chantier s'est également voulu exemplaire, les déchets sont triés sur place dans différentes bennes pour atteindre "un objectif de valorisation de 40% des déchets inertes de chantier, 60% des déchets industriels spéciaux, aussi appelés déchets dangereux, 60% des déchets industriels banaux, 100% des déchets de terrassement."

Découvrez dès la page 2, l'article et le diaporama dédiés au chantier du stade de l'Allianz Riviera à Nice.

 

actionclactionfp