Le BTP demeure le secteur d'activité présentant le plus haut niveau de risque, indiquent les statistiques de l'Assurance maladie-Risque professionnels. Pourtant les chiffres d'accidents du travail et de maladies professionnelles déclarés sont en régression ces dernières années. Explications.

Au sein du régime général de l'Assurance maladie, le secteur du BTP représente aujourd'hui 8.5% des effectifs, soit 1.551.809 salariés. En termes d'accidents du travail (AT), ceux avec arrêt (AT-arrêt) totalisent 16.3% des salariés, les accidents avec incapacité permanente (AT-IP) 19%, et les décès dus aux accidents du travail, 26.8%. Du côté des maladies professionnelles, celles avec arrêt (MP-arrêt) représentent 12.7% des salariés, celles avec incapacité permanente (MP-IP) 12.8%, et les décès (décès MP) 5.8%.

Manutention et chutes de hauteur toujours pointées du doigt

Cependant, sur la durée, le nombre des AT et des MP est en baisse. Ainsi, en 1990, on dénombrait 167.813 AT-arrêt ; ils ne sont plus que 100.617 en 2013 (-40%). De la même manière, les AT-IP au nombre de 17.614 en 1990, tombent à 7.873 en 2013 (-55%), tandis que le nombre de décès passe de 361 à 145 (-59%) sur la même période. Rien qu'entre 2012 et 2013, les baisses observées sont respectivement pour les AT-arrêt et les AT-IP de -6.6%, -5.5% ; en revanche, le nombre de décès est, lui, en hausse de 9.6% (131 contre 145).

 

Quant aux causes d'accidents dans le BTP, elles demeurent celles que l'on a identifiées depuis plusieurs années : manutention manuelle (48%), chutes de hauteur (18%), outillage à main (16%) et chutes de plain-pied (10%). Toutefois, en 2013, la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) est passée au modèle européen SEAT pour l'analyse des AT de 4 jours d'arrêt ou plus, mais seuls 54% de ces accidents du Comité technique national du bâtiment et des travaux publics ont été codifiés avec cette nomenclature. De fait, les chiffres ci-dessus n'ont qu'une valeur indicative, mais reflètent tout de même une certaine réalité.

Des maladies professionnelles en augmentation mais mieux reconnues

Les maladies professionnelles ont également évolué ces dernières années. Elles ont même progressé depuis 2009 dans le BTP, ainsi que dans l'ensemble du régime général, passant de 5.851 cette année-là à 6.546 en 2013. En cause ? Une plus large prise en charge et une meilleure reconnaissance des MP, notamment les TMS qui ont fait l'objet de nombreuses campagnes de sensibilisation et de communication par les acteurs du BTP. Entre 2013 et 2013, le nombre de MP a toutefois diminué de 3.2%.

 

Parmi les MP les plus répandues dans le BTP, notons les affections périarticulaires, les affections du rachis lombaire/charges lourdes, les lésions chroniques du ménisque, les affections liées à l'amiante et la surdité. Les TMS les plus courants sont le syndrôme du canal carpien (main), celui de la coiffe des rotateurs - rupture partielle (épaule) et l'épicondylite (coude).

 


Source : Statistiques 2013 de l'Assurance maladie Risques professionnels, INRS.
actionclactionfp