CERTIFICATIONS. Ils sont désormais huit labels différents à être portés par Effinergie, allant du plus ancien "BBC-Effinergie" jusqu'au plus récent "Bepos+ Effinergie 2017", lancé au mois de mars dernier. Tour d'horizon de ces certifications de qualité avec le Tableau de Bord publié par l'Observatoire BBC pour le 3e trimestre de l'année.

Les chiffres cumulés sont impressionnants : à la fin du 3e trimestre de 2017, plus de 70.500 opérations dont près de 69.000 de logements, étaient certifiés par l'un des huit labels d'Effinergie. Ce qui représente quasiment 875.000 foyers français, plus 12,2 millions de mètres carrés d'espaces tertiaires. Et les performances demandées à ces constructions, neuves ou rénovées, ne cessent de progresser avec le temps. Preuve en est, le lancement en mars 2017, d'une nouvelle mouture des référentiels, sobrement nommés "BBC Effinergie 2017" (équivalent de E2C1 dans le classement E+C-), "Bepos Effinergie 2017" (E3C1) et "Bepos+ Effinergie 2017" (E4C1), et qui trouvent déjà leur public.

 

L'Observatoire BBC note que ces trois nouveaux venus "sont en plein essor sur le 3e trimestre" avec "six nouveaux dossiers déposés pour des maisons individuelles en secteur diffus et onze bâtiments concernés en logements collectifs" plus "six opérations tertiaires (cinq bureaux et une école) en cours de certification". Au total, ces labels estampillés 2017 concernent déjà 287 appartements, 7 maisons individuelles et 134.115 m² de tertiaire, en seulement sept mois. Géographiquement, cet échantillon encore réduit est plutôt situé dans l'ouest du pays (Centre-Val de Loire, Pays de la Loire, Normandie). Les régions PACA, Corse, Bourgogne-Franche Comté et Hauts de France n'en accueillent pas. Quelques réalisations à énergie positive ont déjà été certifiées, notamment la maison "Ecolocost" en Île-de-France et le bureau LowCal d'Enertech en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Quid des plus anciens labels ?

 

Quant aux plus anciens labels Effinergie, ils continuent bien évidemment leur vie, aux côtés des derniers nés. La version "Bepos Effinergie 2013" par exemple, concerne plus de 3.550 logements (à plus de 93 % dans le collectif) ainsi que 419.000 m² de tertiaire. Des nombres en forte croissance par rapport aux années précédentes (+100 % vs 2016 pour le logement collectif). Pour ce segment, les régions Île-de-France (23 % du total), Hauts-de-France (20 %) et Auvergne-Rhône-Alpes (17 %), arrivent en tête des opérations. Dans le cas des maisons individuelles, l'Observatoire note : "On constate que les maisons Bepos Effinergie 2013 ne sont pas principalement situées dans les régions avec les plus forts taux d'ensoleillement. Elles sont localisées dans un quart Nord-Ouest de la France". Cependant, il faut noter que la région Bretagne ne compte que 5 maisons et 8 opérations collectives inscrites dans le processus… Quant aux espaces tertiaires, qui totalisent 84 bâtiments différents, ils concernent d'abord la maîtrise d'ouvrage publique (57 % des cas) pour des édifices d'enseignement. Le tableau de bord souligne : "Les lycées et bâtiments universitaires ont des surfaces moyennes de 8.500 m². En parallèle, les autres bâtiments d'enseignement (école primaire, groupe scolaire) ne dépassent pas les 2.200 m² en moyenne. Enfin, les crèches ont des surfaces moyennes de 170 m²". Des chiffres inférieurs à ceux de la maîtrise d'ouvrage privée qui occupe, en moyenne, 9.000 m² par opération. Les services publics offrent donc moins de place. Sur le territoire, Île-de-France (33 % du total) et Auvergne-Rhône-Alpes (23 %), font la course en tête.

 

Découvrez la suite de ce tableau de bord en page 2
actionclactionfp