Le laboratoire pharmaceutique suisse Roche fait actuellement édifier à Bâle la plus haute tour de la Confédération helvétique. Le bâtiment, de 178 mètres, conçu par les architectes Herzog & de Meuron, rappelle des éléments de la tour Triangle, proposée pour le parc des expositions de Paris.

Roche mise gros sur sa ville natale : le laboratoire pharmaceutique a annoncé un vaste plan d'investissements décennal de près de 2,5 Mrds € pour renouveler son infrastructure de R&D. Severin Schwan, le directeur général du groupe, explique : "Roche mise durablement sur la Suisse et sur Bâle, à la fois en tant que siège social du groupe et comme l'un de nos principaux sites dans le monde". L'entreprise explique qu'un grand nombre de ses immeubles de bureaux et de ses installations de recherche sur le site en bordure de Rhin ne correspondent plus aux exigences actuelles "en matière de postes de travail durables et modernes, et doivent donc être rénovés". Le dirigeant précise : "Dans la pure tradition de Roche, les nouveaux bâtiments se distingueront par une architecture élégante, épurée et fonctionnelle".

 

En toute logique, c'est vers le cabinet d'architectes bâlois Herzog & de Meuron que le géant de la pharmaceutique s'est tourné, en 2009. Au final, ce sont deux grandes tours, ressemblant à des demi-pyramides implantées à 90° l'une de l'autre, seront donc construites. La première, dont la première pierre a été posée au mois de mai 2012, atteindra les 178 mètres de haut pour 42 étages. Edifice le plus haut du pays, détrônant au passage la Prime Tower de Zurich (126 mètres et 36 étages) inaugurée en 2010, elle devrait être elle-même dépassée par la tour numéro 2, qui flirtera avec les 205 mètres (et environ 50 étages).

Tout un plan d'urbanisme orienté vers la R&D pharmaceutique

La tour numéro 1, actuellement en chantier, sera achevée en 2015, tandis que sa cadette ne sera prête qu'en 2021. Jürg Erismann, le responsable du site, souligne : "Grâce à la densification prévue du terrain industriel existant, aucune nouvelle construction sur d'actuels espaces verts n'est nécessaire. Ainsi, Roche utilise de manière plus efficiente le site industriel déjà bâti et non extensible". En tout, 3.700 personnes travailleront dans les deux tours pyramidales, qui disposeront également d'un auditorium de 500 places. "A effectifs comparables, la consommation énergétique du bâtiment 1 ne représentera que le cinquième de la consommation du bâtiment 74, vieux de 40 ans, qui va être remplacé dans le cadre du développement du site", précise-t-il. L'entreprise met également en place une politique de mobilité durable, incitant à l'usage des transports en commun ou des vélos, afin de limiter le trafic routier. Pas moins de 1.500 places de parking pour les bicyclettes seront prévues dans les sous-sols des bâtiments.

 

Outre les deux imposantes tours aux pans inclinés, le nouveau centre de recherche comportera quatre autres bâtiments de bureaux et de laboratoires de hauteurs variées, atteignant tout de même les 132 mètres pour l'un d'entre eux. La configuration du site a été définie conjointement avec l'organisation de la R&D afin de répondre au mieux aux besoins des scientifiques qui les occuperont. Là encore, l'entrée en service n'est pas attendue avant 2021-2022. Ils hébergeront 950 bureaux et 950 postes de travail en laboratoire. Le budget de construction de cet ensemble immobilier s'élève à 1,4 Mrd € auquel il faut rajouter le coût de construction des deux grandes tours (450 M€ chacune). Une broutille pour le groupe helvète qui a généré un chiffre d'affaires de 38,8 Mrds € en 2013, pour un effectif de 85.000 employés dans le monde.

 

Découvrez le projet en images dans les pages suivantes.
actionclactionfp