Le loueur de matériels Kiloutou annonce avoir réalisé un chiffre d'affaires stable en 2015, malgré un marché français difficile, et il ambitionne d'atteindre la barre des 500 millions d'euros en 2016. Il s'appuiera sur la reprise tant espérée du marché du bâtiment en France, et sur un développement tous azimuts, organique et externe. Explications avec Xavier du Boÿs, le pdg du groupe.

Xavier du Boÿs, p-dg de Kiloutou, dresse le bilan des 24 derniers mois : "En résumé, 2014 et 2015 ont été deux années difficiles, en raison de la crise de la construction - le secteur le plus en panne en France - bien que les besoins ne soient pas satisfaits dans le domaine du logement ou des infrastructures. Mais la baisse de la demande se traduit par une plus forte concurrence et une baisse des prix". Une diminution assumée du chiffre d'affaires qui fait chuter la rentabilité de certains loueurs et les fragilise. Le dirigeant estime que les chiffres du DLR (la fédération nationale des distributeurs et loueurs de matériels de construction), qui avance une croissance de 2 % en 2015, seraient surévalués.

 

"Dans ce contexte, Kiloutou continue de tailler sa route en préparant le futur", assure-t-il. L'an passé, son groupe a généré un chiffre d'affaires de 462 M€ (+1 %) grâce à quatre secteurs d'activité : le bâtiment (42 %) ; les travaux publics (21 %) ; l'industrie, les services, la logistique, les espaces verts et les collectivités locales (31 %) ; et les particuliers (6 %). Le p-dg déclare : "La crise va se finir, les besoins sont trop importants dans tous les domaines du bâtiment et des travaux publics. Cela va reprendre". L'entreprise explique avoir travaillé sur l'intégration des enseignes et les fusions d'équipes récemment entrées dans le giron du groupe, et se félicite de son organisation avec "multi-spécialistes intégrés". "Nous travaillons à la consolidation d'Aquiloc, dont le rachat a été finalisé le 7 janvier dernier : toutes les équipes restent dans le groupe et resteront autonomes pendant encore deux ou trois ans, avec leur patron et leur enseigne". Kiloutou fait également valoir une diversification de l'offre de sa division "Spécialités", notamment dans le domaine de modulaires. Enfin, la société a professionnalisé ses pratiques, notamment en mettant en place un dépôt unique pour la revente de ses matériels anciens, dans le Nord de la France. "C'est un ancien site Métaleurop, qui centralise les machines, ce qui permet d'éviter d'encombrer les agences et de faire un diagnostic pour chaque engin par des techniciens. De quoi obtenir un meilleur prix de revente auprès des brokers", explique Xavier du Boÿs. En tout, 3.000 machines ont ainsi transité par ce lieu en 2015 avant de trouver repreneur, le plus souvent à l'étranger (Europe de l'Est, Afrique). Une véritable manne pour Kiloutou.

 

La part croissante de l'international

 

A l'international, le loueur a beaucoup progressé. D'abord en Pologne, où le groupe dispose d'un réseau de 34 agences (sous trois enseignes différentes qui seront progressivement unifiées). "Nous avons connu une croissance à deux chiffres sur ce marché, ce qui est spectaculaire. Nous avons une bonne rentabilité, malgré des prix très bas et des investissements significatifs en termes d'organisation, de recrutements ou de nouveaux systèmes d'information", poursuit le président. "Quant à l'activité en Espagne, démarrée en avril 2015, elle consiste surtout à observer un marché très difficile, où les loueurs locaux sont en mode 'survie'", détaille-t-il. Selon Xavier du Boÿs, le pays serait cependant très prometteur. Afin de bien distinguer cette part croissante des pays étrangers dans le chiffre d'affaires, le groupe a réorganisé sa direction : il s'est doté d'une direction générale "France", resserrée autour d'Olivier Colleau, d'une direction générale "International", sous la houlette de Patrick Rybicki, et d'une direction générale "Supports groupe" (finances, trésorerie, juridique, systèmes d'information), dirigée par Alain Loeb.

 

Le cap des 500 M€ franchi dès 2016

 

"En 2016, le marché restera difficile, et si une lente reprise sera observée dans le bâtiment, ce ne sera pas la cas dans les TP. Mais nous pourrons compter sur les activités hors BTP et nous prendrons des parts de marché", affirme le p-dg. Le loueur de matériels, qui a doublé cette part de marché entre 2005 et 2015, pour atteindre les 13 %, ambitionne donc de poursuivre sa croissance. Il espère franchir le cap des 500 M€ de chiffre d'affaires dès 2016, avec une dynamique qui se poursuivra même en 2017. Le développement reposera sur l'international, avec des ouvertures d'agences en Pologne et en Espagne, et sur des opérations de croissance externe. Xavier du Boÿs confie plancher actuellement sur deux dossiers d'acquisition dans ces pays et sur l'arrivée dans un troisième pays, au cours de l'année. En France, Kiloutou jouera les opportunistes afin de réaliser une éventuelle acquisition supplémentaire. Du côté de son parc de matériels, le groupe prévoit de renouveler 4.000 machines en 2016.

 

Enfin, la société a dévoilé ce lundi 18 janvier 2016, sa nouvelle identité visuelle, le logo originel n'ayant pas évolué depuis sa création. Le groupe explique : "A travers ce nouveau logo, Kiloutou exprime l'équilibre entre ses deux points forts : le professionnalisme et la dimension humaine". La direction a souhaité symboliser l'humain dans la lettre "i", tandis que la typographie, puissante et moderne, rajeunissent l'image.
actionclactionfp