Le Conseil de Paris est prêt à s'engager, à hauteur de 145 M€ sur sept ans, pour construire et rénover des infrastructures en vue de l'organisation des Jeux Olympiques de 2024. Ce montant sera alloué aux équipements de la ville et de la proche banlieue.

Le comité de candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024 continue de fourbir ses armes. Il doit aujourd'hui recevoir l'assurance que le Conseil de la ville s'engagera à investir 145 M€ pour la rénovation et la construction d'infrastructures liées aux épreuves. Dans les colonnes du Parisien, François Martins, adjoint chargé des sports, explique : "Ce sont des engagements formels que nous ferons si Paris obtient les Jeux. On s'engage sur 145 M€, ce qui, répartis sur sept ans, est raisonnable. Les JO ne feront pas augmenter les impôts des Parisiens".

 

Dans le détail, 30 M€ iront au Bercy Arena II, une enceinte de 7.000 à 8.000 places qui jouxtera l'AccorHotels Arena récemment réhabilité et d'une capacité bien supérieure (20.300 places), 25 M€ aux sites d'entraînement, 21 M€ au futur grand centre aquatique de Saint-Denis, et 12,5 M€ à la rénovation de la piscine Marville à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Ce dernier site, qui doit être modernisé, est pressenti pour recevoir les épreuves de water-polo.

 

6,2 Mrds € dont moins de 50 % à la charge de la France

 

L'investissement semble réduit puisqu'il ne représente que 2,3 % du coût total supposé des Jeux Olympiques, estimé à 6,2 Mrds €. Cette somme bien plus conséquente sera supportée par le Comité International Olympique (CIO) et le comité d'organisation de jeux, financé par la billetterie et les opérations marketing (partenaires privés, produits dérivés), et par des investissements publics. L'Etat devrait, toujours selon le Parisien, apporter 1 Mrd €, soit les deux-tiers des montants qui incombent aux collectivités locales.

 

Un second dossier, comportant toutes ces précisions budgétaires, sera déposé au CIO le 7 octobre prochain. Le verdict est attendu pour le 13 septembre 2017, jour où il sera annoncé à Lima (Pérou). Rappelons que Paris est en compétition avec Los Angeles, Rome et Budapest. Seule cette dernière n'a jamais accueilli les Jeux Olympiques d'été, les trois autres candidates ayant déjà eu cet honneur par le passé (1900 et 1924 pour Paris, 1932 et 1984 pour Los Angeles, et 1960 pour Rome).

actionclactionfp