ENCEINTE SPORTIVE. La mairie de Paris, qui participe depuis jeudi au séminaire d'orientation entre Paris 2024 et le CIO, assure que la décision du lieu d'implantation de l'Aréna 2 se fera dans les quinze prochains jours. Dans l'attente de l'arbitrage final, d'après nos informations, un site de 20.000 m² intra-muros vient d'être privilégié.

Où sera construite l'Arena 2 prévue initialement pour les JO de Paris 2024 à proximité de l'Accor Hotels Arena ? A l'intérieur ou l'extérieur de la capitale ? Au cours du séminaire d'orientation entre Paris 2024 et le CIO qui se tient jusqu'à ce vendredi au siège du Comité national olympique du sport français (CNOSF), Anne Hidalgo a assuré ce jeudi que la décision sur le lieu d'implantation de cette salle de 8.000 places allait être prise "assez rapidement", probablement dans les quinze jours.

 

"Avant d'engager quoi que ce soit il faut en discuter avec le maire de l'arrondissement concerné"Un proche du dossier

 

"Ce que l'on veut, c'est que sur un certain nombre de sites sur lesquels il y avait des points d'interrogation ou des questionnements, nous regardions toutes les alternatives pour que in fine ce soit moins cher et plus utile", a indiqué Anne Hidalgo. D'après nos informations, la mairie de Paris vient d'identifier "un site de 20.000 m² intra-muros dont le m² serait évalué aux alentours de 2.000 euros", qui pourrait répondre aux critères pour construire une jauge de moins de 10.000 places. "Avant d'engager quoi que ce soit il faut en discuter avec le maire de l'arrondissement concerné", précise une source proche du dossier. Enfin, la même source signale que "la rénovation de la Halle Georges-Carpentier dans le 13ème arrondissement de Paris est désormais exclue en raison du coût ! Et ce ne sera pas non plus sur une des nombreuses friches du foncier de la SNCF qu'il faudrait acquérir !."

 

Cette Arena 2 doit accueillir des rencontres de basket-ball et les épreuves de lutte, ainsi que celles de goalball en paralympique. Il s'agit d'un des deux seuls équipements sportifs à construire pour les Jeux, avec le centre aquatique à Saint-Denis.

 

Rappelons que les riverains s'opposent à l'implantation de l'Arena 2 à cet endroit, craignant de voir les espaces verts du parc affectés par la construction. "La seule solution possible est de détruire la gare routière située sous Bercy mais au final la facture pourrait s'élever jusqu'à 30 millions d'euros pour une construction initialement prévue à 100 millions d'euros !", a indiqué une source proche du dossier.

 

"Il y a effectivement un souci technique et financier du site de Bercy. Ils étudient le site mais nous n'avons pas de détail, nous allons voir ce que l'on choisit en accord avec la structure Solideo", nous a confirmé, ce jeudi, Anthony Piqueras, directeur technique du comité de candidature de Paris 2024.

 

Interrogé sur l'envie de candidature de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) qui souhaite construire une enceinte de 8.000 places pour son équipe de handball, Anthony Piqueras nous répond : "Le principe est clair : on ne construit pas pour les Jeux ! Il ne faut pas que les JO motivent sa construction et nous ne voulons pas que la collectivité s'endette pour plusieurs années. Tant que le financement n'est pas bouclé, nous ne pouvons pas l'intégrer dans notre réflexion."

 

Avant de conclure : "A part l'Arena 2, restant dans Paris, nous allons passer en revue dans les prochains mois l'ensemble des projets avec le CIO et Solideo pour voir, par exemple, si nous conservons neuf sites pour le tournoi olympique de football. Nous allons suivre de près le nouveau projet de construction de stade à Nantes, 'Yellow Park', annoncé à la rentrée."
actionclactionfp