Une étude menée par l'Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'Industrie sur l'insertion professionnelle de ses diplômés en 2015, révèle qu'ils sont recrutés rapidement sur le marché du travail. Détails.

La sortie de crise du BTP ne bénéficie pas uniquement aux entreprises du secteur. Selon une étude menée par l'Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'Industrie (ESTP) sur l'insertion professionnelle de ses diplômés en 2015, révèle que 94% des étudiants trouvent un travail dans les 4 mois suivant leur sortie de l'école. "C'est 2% de plus que pour la promotion précédente," se félicite Nicolas Orio, directeur des relations-entreprises de l'école. 50% des diplômés sont mêmes déjà recrutés avant leur fin de cursus. L'enquête note aussi que 77% des jeunes diplômés signent un CDI, et 90% d'entre eux ont un statut cadre.

 

S'ils sont rapidement embauchés, ils gagnent aussi mieux leur vie. Les diplômés de la promotion 2015 gagnent en moyenne 38.000 € brut par an (primes incluses), contre 37.000 € pour la promotion précédente. Le plus haut salaire connu, pour la promotion 2015, grimpe même à près de 80.000 €. "Dans le bâtiment, la crise paraît finie", constate Nicolas Orio. Selon lui "la transition énergétique pousse les entreprises à recruter et on voit naître de nouveaux métiers liés à la généralisation du numérique". La Loi sur la transition énergétique amène de nombreuses entreprises à recruter des personnels spécialisés, et notamment des ingénieurs capables de prendre en compte la performance énergétique dans la conception et la maîtrise du bâtiment, explique l'étude. Elle constate également un "décollage de la création d'entreprise" chez les jeunes diplômés, qui sont désormais 2% en 2016 à se lancer dans l'aventure, contre 1% en 2015.

 

L'ESTP mise sur le BIM

 

L'enquête note une forte progression du recrutement de jeunes diplômés dans le secteur du BTP à 48,75% en 2016, contre 41,5% en 2015. Dans le détail, on constate, par rapport à l'année précédente, une hausse de 4,5% des recrutements dans le bâtiment et une hausse de 2,75% dans les travaux publics. L'immobilier (11%), l'ingénierie (11,25%) et l'audit/conseil (6,25%) restent aussi des secteurs très attractifs.
Concernant les professions exercées, les fonctions de production restent les plus importantes avec 40% contre 37% en 2015 mais 44% en 2014. Les fonctions d'études techniques et études structures représentent quant à elles 18% de l'ensemble de la promotion. Si les fonctions dans le BIM ne concernent que 3% des jeunes, l'ESTP annonce que "cette généralisation du BIM va s'accentuer, car, dès l'an prochain, tous les projets de construction publics seront gérés en BIM (Directive Bâtiment 2.0)". L'école rappelle d'ailleurs qu'elle a inauguré dès l'année dernière une salle entièrement dédiée au BIM et que son enseignement est généralisé, que ce soit en formation initiale ou en formation continue. 85 % d'élèves-ingénieurs de l'école sont déjà concernés, ainsi que 80 salariés qui suivent une formation continue, conclut l'ESTP.

 


Méthodologie :
Enquête emploi ingénieurs 2016 menée sur la base de 447 réponses, soit 80% de répondants sur la dernière promotion sortie en 2015.
actionclactionfp