Implantés au cœur du Languedoc, Les jardins de Saint-Benoît proposent un concept original alliant activité viticole et résidences secondaires. Afin d'impliquer les acquéreurs dans le projet, tous disposeront d'une parcelle de vigne et pourront jouer aux apprentis vignerons durant les vendanges. Découvrez le projet.

Cent soixante et onze maisons de village et propriétés vigneronnes construite autour d'une bastide conçue comme une demeure de famille à proximité du village languedocien de Saint-Laurent de la Cabrerisse… Jusque-là, le projet des Jardins de Saint-Benoît est plutôt séduisant mais traditionnel. Le promoteur Garrigae a donc décidé de ne pas s'en tenir à ce programme et a eu l'idée d'associer les résidences immobilières à un vignoble. Ainsi, les acquéreurs se verront attribuer une parcelle de Cabernet Franc lors de l'achat de leur résidence et devront dès lors participer à la vie viticole. «Nous souhaitons que les acheteurs prennent part aux vendanges, à la mise en cuve, aux dégustations… afin qu'ils deviennent de véritables ambassadeurs des Jardins de Saint-Benoît», explique Miguel Espada, président de Garrigae Investissements. La vigne appartiendra à l'association du resort, qui sera gérée par les propriétaires épaulés par les équipes hôtelières et la cave coopérative.

 

Des prix variant de 205 à 635.000 euros
Quant aux maisons, elles sont destinées à devenir des résidences secondaires. Au total, près de 171 logements allant de 43 à 143 m2 prendront place au milieu de ruelles pavées et d'espaces verts. D'un montant variant de 205.000 euros à 635.000 euros, avec des charges évaluées à 18 euros le m2/an, toutes les demeures seront dotées d'un jardin composé de massifs de lavande, de romarin et d'oliviers. Pour animer le projet, une bastide va être rénovée et transformée afin de proposer de nombreux loisirs (spa, piscines, restaurant, tennis…) tant aux habitants du village qu'à une clientèle d'entreprise. Aujourd'hui, près de 140 maisons ont été vendues : «Il reste encore une trentaine de biens. La plupart de nos investisseurs sont Anglo-Saxons mais il y a également des Scandinaves et des Belges», indique Miguel Espada. Quant aux Français, ils se montrent plutôt réservés face à ce genre de produit. Prix obligent…

 

Plusieurs formules d'acquisitions
Pourtant, le promoteur n'a pas lésiné sur les formules d'achats. Ainsi, le futur acheteur peut jouer soit sur la rentabilité locative, soit sur l'occupation, sous le statut de Loueur en meublé non professionnel (LMNP) * ou sur celui de loueur en meublé professionnel (LMP) **. Grâce ces statuts, les futurs propriétaires loueurs devraient obtenir des réductions d'impôts. Il est également envisageable d'acquérir un bien en pleine propriété. Au final, le programme doit voir le jour d'ici à juin 2009. Pour patienter, les futurs acquéreurs peuvent déjà déguster la cuvée 2008 de leur propriété puisque 40 hectolitres de vin ont été produits cette année, soit environ 5.000 bouteilles. Tout cela à consommer avec modération, bien sûr !

 


* Le statut s'adresse aux investisseurs qui réalisent plus de 23.000 euros de recettes en loyer par an.

 

** Pour avoir ce statut, il faut que la somme des loyers perçus soit supérieure à 23.000 euros TTC par an
actionclactionfp