PANORAMA. Le 10 juin 2016, le coup d'envoi de l'Euro-2016 de football sera donné dans l'ensemble des dix stades français choisis. Au final, quatre stades auront été construits dans les délais et les cinq autres auront subi un programme de rénovation conséquent. Seul le Stade de France est resté intact. Découverte.

J-16, le compte-à-rebours a démarré. Le 10 juin prochain, le match d'ouverture de l'Euro-2016 de football se déroulera au Stade de France (Saint-Denis), et 50 autres matches auront lieu ensuite dans les neuf autres enceintes sportives choisies pour la compétition.

 

A l'exception du Stade de France, tous les stades ont été apprêtés spécialement pour l'occasion. Quatre stades sont sortis de terre : le Stade Pierre-Mauroy, près de Lille, livré en août 2012 par Valode & Pistre architectes, dispose de 50.000 places et d'un toit rétractable ; l'Allianz Riviera à Nice réalisé par Jean-Michel Wilmotte en septembre 2013 ; le Grand Stade de Bordeaux imaginé par Herzog & de Meuron inauguré le 18 mai 2015; et le Parc Olympique Lyonnais (POL) inauguré le 9 janvier 2016 à Décines-Charpieu à proximité de Lyon : un nouvel écrin sur trois niveaux conçu par le cabinet d'architecture Populous.

 

Carte des stades de l\'Euro-2016
Carte des dix stades de l'Euro-2016. © Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Répondre aux normes imposées par l'UEFA

 

Autre particularité et pas des moindres : avec une jauge maximale de 59.186 places (Ndlr : contre 41.044 pour Gerland, leur stade précédent), le POL devient le troisième plus grand stade de France, derrière le Vélodrome de Marseille (67.384) et le Stade de France (81.338).

 

Cinq enceintes sportives ont également subi des programmes de réhabilitation afin de répondre aux normes imposées par l'UEFA : le Stade Vélodrome à Marseille, le Stade Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne, le Stade Bollaert-Delelis à Lens, le Stadium de Toulouse et enfin le Parc des Princes à Paris.

 

"L'avancement des chantiers de stades a été globalement conforme à ce que nous attendions", Jacques Lambert, Comité d'organisation de l'Euro-2016

 

"L'avancement des chantiers de stades a été globalement conforme à ce que nous attendions", nous signalait, en 2015, Jacques Lambert, président du Comité d'organisation de l'Euro-2016. Et l'ancien responsable du comité d'organisation du Mondial 98 de nous confier : "La France s'appuie sur son expérience accumulée lors des précédentes organisations de compétition internationale pour avancer sereinement. Depuis les JO d'hiver d'Albertville en 1992, le pays a accueilli tous les grands événements sportifs sauf les Jeux olympiques d'été. Nous avons donc acquis de l'expérience, de l'expertise, du savoir-faire et de la maîtrise. Cela nous permet de nous conformer aux exigences de plus en plus qualitatives de ce type d'événements. "

 

1,7 milliard d'euros de travaux et quatre PPP

 

Rappelons que le coût global des travaux s'élève à 1,7 milliard d'euros et quatre PPP ont été signés pour les stades vélodrome de Marseille (270 millions d'euros), Pierre-Mauroy de Lille (324 millions d'euros), l'Allianz Riviera de Nice (243 millions d'euros) et le nouveau Stade de Bordeaux (183 millions d'euros). Enfin, deux sont des projets uniquement privés : la rénovation du Parc des Princes (75 millions d'euros) et la construction du Parc Olympique Lyonnais (293 millions d'euros). De son côté, l'Etat a financé 152 millions d'euros et l'UEFA a versé 2 millions d'euros versés à chaque ville hôte, les clubs et les villes.

 

Le slogan de l'Euro-2016 est "Le rendez-vous". Les dix stades français ont donc rendez-vous avec l'histoire de l'Euro.

 

Découvrez dès la page 2, le diaporama dédié aux dix stades de l'Euro-2016.
actionclactionfp