Dans moins d'un an, les personnes intervenant à proximité des réseaux aériens ou enterrés devront disposer d'une autorisation spécifique, délivrée par l'employeur et validé par un examen dans un centre agréé. Ginger Formation propose un dispositif de sensibilisation sur les risques pour réussir cet examen.

A compter du 1er janvier 2018, la réglementation se durcit : tous les acteurs opérant près de réseaux aériens ou enterrés devront disposer d'une Autorisation d'intervention à proximité des réseaux (AIPR). Une évolution qui devrait avoir un fort impact sur le BTP mais également pour les paysagistes ou les agriculteurs. Environ 300.000 personnes pourraient être concernées par cette nouvelle habilitation, délivrée après examen dans un centre agréé par le ministère de l'Environnement.

Ce dernier, d'une durée d'une heure, prend la forme d'un questionnaire à choix multiples comportant 30 questions pour les opérateurs et 10 de plus pour les encadrants-concepteurs. Ces questions sont tirées au hasard parmi un corpus de 178 existantes, définies par le ministère, et comprennent 10 % de questions dites prioritaires. Une fausse réponse à l'une de ces questions entraîne un malus de 5 points (au lieu d'un seul point en moins pour une question non prioritaire).

Ginger réseau
Détection d'un réseau enterré © Ginger CEBTP


Afin de préparer tous les candidats et les aider à obtenir au moins les notes de 36/60 pour les opérateurs et de 48/80 pour les opérateurs, Ginger Formation, filiale du groupe Ginger, propose un dispositif visant à les sensibiliser aux risques de ces interventions à proximité des réseaux. Ces formations d'une durée d'un ou deux jours seront organisées, au cours de l'année, dans plusieurs villes (Paris, Lille, Nantes, Clermont-Ferrand, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille…) au travers de 43 sessions différentes.

Un clip vidéo résume cette opération :

actionclactionfp