AIDE FINANCIÈRE. Depuis plusieurs semaines, les inondations de la Seine impactent de nombreuses communes de la région parisienne. Lors d'un conseil, la Métropole du Grand Paris a voté la création d'un fonds d'intervention pour aider les communes sinistrées.

Les inondations ont été l'un des principaux sujets du Conseil de la Métropole du Grand Paris (MGP) qui se tenait se vendredi 2 février 2018. Si Patrick Ollier a tenu à rappeler sa solidarité envers les sinistrés, il a aussi voulu pousser "un coup de gueule". "J'entends des choses qui m'horripilent", a dit le Président de la Métropole du Grand Paris. Face aux critiques, il juge qu'il est "anormal qu'on mette en cause la responsabilité de la MGP, alors que nous ne sommes en responsabilité que depuis 32 jours". Patrick Ollier a rappelé que, "depuis 30 ans, personne n'a mis en place des systèmes pour coordonner des dispositifs". Si "la dispersion des responsabilités fait que personne ne se sent responsable", le président de la MGP se dit "bien décider à prendre le taureau par les cornes".

 

Concernant les projets à entreprendre pour faire face aux périodes de crues, il estime que "le sujet ne peut se résoudre seul". Il demande à ce que tous les acteurs se mettent autour de la table pour faire l'état des lieux de ce qui est à faire mais surtout que l'Etat prenne ses responsabilités et soit le chef de file pour "nous montrer la voie vers laquelle s'engager". Il est donc temps d'agir. Patrick Ollier craint que de nouvelles inondations ne se produisent encore en juin et espère que les problèmes soient résolus.

 

1 million d'euros pour aider les communes sinistrées

 

Mais en attendant, de nombreuses communes de la métropole parisienne subissent les inondations. Pour les aider, Patrick Ollier a donc proposé la création d'un fonds d'un montant de 1 million d'euros pour leur venir aide. Un montant qui "sera surement insuffisant", reconnait-il déjà mais qu'il sera prêt à augmenter "s'il le faut" car "nous devons jouer la solidarité", a-t-il expliqué. La création de ce fonds a été saluée par l'ensemble des élus du Conseil qui a donc voté à l'unanimité pour. Les demandes des communes qui souhaitent bénéficier de ces aides seront examinées en tenant compte notamment de leur situation financière.

 

Les conseillers ont alors fait des propositions pour l'utilisation de cette aide. Didier Gonzales, maire de Villeneuve-le-Roi (94), dont la commune "pâtit particulièrement de ces inondations", suggère que ce fonds participe au nettoyage" car "les villes sont désarmées face à la tâche". A titre d'exemple, il explique que "10 kilomètres de voirie sont à nettoyer rien que dans sa ville".

 

Réhausser les installations électriques

 

Enfin, autre problème majeur rencontré par les élus lors de ces crues : l'inondation des installations électriques, témoignent Didier Gonzales et Philippe Goujoin, maire du XVe arrondissement de Paris. Ce dernier cite l'exemple du quartier du Front de Seine où se trouvent 14 tours dans lesquelles vivent près de 10.000 habitants qui devraient être évacués en cas de coupure d'électricité. Les deux élus suggèrent de réfléchir à un rehaussement des réseaux électriques. Une proposition qui a retenu l'attention du président qui a annoncé de prochaines réunions avec Enedis notamment pour y réfléchir.
actionclactionfp